Les kouffars pseudo-musulmans trahissent la loi de Dieu

Un athée qui apprécie les cultures musulmanes

Soyons clairs, déjà : je suis athée, adepte d’un monisme matérialiste intégral.

Je n’ai jamais cru en aucun Dieu, pas une seule seconde.

Je ne cherche pas à t’imposer mon incroyance : si tu veux croire, prier, construire des temples, vas-y, fais tout comme tu veux, aime le monde et ton Dieu comme tu le veux. Ne me force juste pas à venir prier avec toi, je prie à ma manière en aimant l’humanité et la nature.

Mais, j’ai lu avec passion les livres sacrés de beaucoup de peuples du monde ; ces livres, qui contiennent aussi des horreurs, sont souvent pleins de beauté et de sagesse, de grandeur et de noblesse, de poésie et de profondeur.

Ce qui fait que ma culture intègre maintenant mon amour envers les plus belles œuvres de la littérature musulmane, citons rapidement Rumi, Abu Nuwas, le Roman de Baïbars, le Fou de Leïla (al majnoun Leïla), et de la musique (le raï, Cheb Bello, Didou parisien, Faïrouz, Oum Khalthoum, etc etc).

Je vais donc écrire ce texte depuis mon point de vue d’athée doté d’une petite culture arabo-musulmane : je comprends, certes pas en profondeur, les cultures musulmanes, je connais leurs principales références, je sais en gros comment fonctionne l’islam, ses divisions, ses schismes, ses gloires et ses haines.

Voilà où je veux en venir :

Ces dernières années, vous le savez, des terroristes se réclamant de l’Islam, parlant arabe avec un mauvais accent français ou moyen-oriental, brandissant un drapeau noir sur des 4×4 américains volés ou achetés grâce au pillage et au meurtre, ont mis notre planète à feu et à sang, organisant des attentats par dizaines, spectaculaires en Occident, mais qui en réalité ont fait le plus de victimes dans les pays musulmans – cette multitude d’attentats dans des pays comme le Soudan ou l’Indonésie ne font jamais la Une des médias français.

Ces criminels parlant au nom de l’Islam ont en gros dit ceci :

Les kouffars doivent être tués.

Les kouffars, ce sont les infidèles, les humains et humains qui ne croient pas en Allah.

On a vu souvent dans la propagande de DAESH / Etat islamique (faux Etat !) des imbéciles incultes prononcer ce mot, juste avant d’exécuter quelqu’un d’une manière barbare qui fait honte à voir, avec une lâcheté écœurante.

Et voilà pourquoi j’écris ce texte : je vais réfuter cette thèse, d’un point de vue musulman.

Voilà pourquoi cette phrase n’est pas musulmane et doit être combattue par les 2 milliards de musulmans et de musulmanes, et par les 10 milliards d’humains et d’humaines.

Tu ne tueras point

Les kouffars ne doivent pas être tués, tout simplement parce que Dieu a interdit le meurtre.

Ce n’est pas difficile à comprendre, il ne faut pas avoir étudié le Coran en profondeur pour comprendre cette idée.

J’ai l’habitude de dire que l’Islam est le « troisième étage du gâteau monothéiste ».

Le Judaïsme est arrivé d’abord, avec son livre sacré, l’Ancien testament.

Le Christianisme est arrivé ensuite, avec son livre sacré, le Nouveau testament.

L’Islam est arrivé ensuite, avec son livre sacré, le Coran.

Le Christianisme reconnait et est fondé sur le Judaïsme : l’Ancien testament fait partie intégrante de la Bible chrétienne.

L’Islam reconnait et est fondé sur le Judaïsme et le Christianisme : la Bible fait partie intégrante de la révélation musulmane.

Chaque nouveau monothéisme a fait des choix dans les livres sacrés précédents. On ne va pas entrer dans les détails ici, mais par exemple Jésus est reconnu par l’Islam en tant que dernier prophète avant le prophète Muhammad, par contre l’Islam dénie à Jésus toute nature divine (Allah ne s’incarne pas) et considère que le récit de la crucifixion n’est qu’une fable.

Bien.

Par contre, l’Islam n’a aucune ambiguïté sur le fait qu’il est fondé sur le respect intégral de la loi mosaïque.

L’Ancien testament raconte en effet que Dieu est descendu sur terre d’une manière mystérieuse et mystique, pour donner à Moïse les Tables de la Loi, qu’on appelle aussi les 10 Commandements.

Dès lors que l’Islam reconnait l’Ancien testament comme étant son point de départ, comme faisant partie du message d’Allah à l’humanité, l’islam, donc toute personne musulmane, reconnait le caractère impératif, divin, des 10 Commandements.

Or, le premier des commandements de Dieu à l’humanité dit ceci :

Tu ne tueras pas.

Là encore, c’est très facile à comprendre : le Dieu créateur de toute chose, qui donne la vie et aussi la mort, ne peut pas voir d’un bon œil ses créatures décider à sa place, et blasphémer en se prenant eux-mêmes pour des dieux créateurs ou exterminateurs.

C’est donc Allah, et Allah seul, qui selon les livres sacrés a le droit, la légitimité, de tuer quelqu’un.

Et donc, les criminels de DAESH sont eux-mêmes des kouffars, infidèles à la révélation musulmane, traîtres à la parole d’Allah.

Allah leur dit de ne pas tuer ; ils tuent au nom d’Allah ; ils sont donc kouffars et non musulmans.

Les « gens du livre » et la tolérance obligatoire

Les ignorants de DAESH, qui n’ont pas de culture musulmane, qui étaient souvent dealers de shit, chômeurs, employés insignifiants, avant de passer au terrorisme, prétendent qu’il faut tuer des kouffars, que c’est une action qu’Allah leur demande de faire.

Le problème, c’est que cette vision des choses est totalement étrangère à l’Islam, depuis sa naissance.

L’Islam, depuis environ 1600 ans d’existence, a manifesté un profond respect envers l’humanité et envers les croyants des deux autres monothéismes.

L’Islam appelle « dhimmis« , gens du Livre, les Juifs et les Chrétiens, avec qui il partage une partie de la révélation d’Allah – je parle toujours de LEUR point de vue, pas du mien.

Les dhimmis ont presque toujours, à part quelques périodes de folie et d’intolérance, été bien traités par l’islam.

Les dhimmis avaient le droit de garder leur culte, de construire des synagogues et des églises, et d’y prier leur Dieu en paix.

Les dhimmis avaient une obligation spéciale, un impôt, parce qu’ils étaient exemptés de l’impôt musulman.

Aujourd’hui encore dans l’aire musulmane, on trouve des Juifs et des Chrétiens, partout : au Maghreb, au Machrek (à l’est de l’Afrique du Nord), au Moyen-Orient, en Asie centrale, en Asie du sud, en Afrique etc.

Donc, la tradition musulmane elle-même, l’histoire de l’umma (la communauté de foi musulmane), nous disent bien qu’il est totalement contraire à l’Islam de tuer des kouffars, des infidèles.

Les Califes, les Sultans, eux-mêmes n’ont pas voulu tuer les kouffars, à part dans certains cas, quand par exemple les Chrétiens, croisés, sont venus envahir le Proche-Orient et installer des royaumes (Antioche, Tripoli, Jérusalem, Damas, etc). Ces Chrétiens armés, qui ont commis massacre sur massacre pendant des siècles, étaient eux-mêmes des kouffars à leur propre religion. Dieu leur a dit de ne pas tuer, Jésus leur a dit d’aimer leur prochain : ils sont partis tuer des « infidèles » et, encore aujourd’hui, ils vouent une haine intense aux musulmans ; ils n’était donc pas et ne sont toujours pas chrétiens. Le simple fait de porter une croix au cou ou d’aller à la messe ne suffit pas à justifier ses crimes aux yeux de Dieu.

Par ailleurs, il a toujours été clair que la charia, la loi musulmane, ne s’appliquait qu’aux musulmans.

Jamais les musulmans ni leurs chefs (califes, sultans, cheikhs, rois, etc) n’ont voulu imposer la charia.

Pour devenir musulman, c’est très simple, il faut prononcer la profession de foi, dire qu’on croit en Allah et en son prophète Muhammad.

Et il a toujours été absolument interdit de convertir les gens de force.

A part donc dans les moments de guerre inter-culturelle et inter-religieuse, l’Islam a protégé les dhimmis et les a laissés libres de ne pas être musulmans.

Donc, les attentats de DAESH pour tuer des kouffars sont eux-mêmes l’œuvre criminelle de kouffars ignorants, des mécréants qui ont trahi Allah et l’umma.

Et de même les personnes qui souhaitent imposer la charia aux kouffars, n’ont pas compris l’Islam et ne le respectent pas.

Tout ce que je viens de dire est sûr et certain : demandez à des musulmans cultivés, à des sages, à des cheikhs, à des oulémas, et ils vous confirmeront ce que je viens de dire.

(Evidemment, ne demandez rien aux Talibans, qui sont des fascistes déguisés en musulmans, avec des Nike et des Ray-ban. Allah les brûlera probablement tous en enfer, enfin je ne sais pas, tu le sais toi ?)

Pour terminer, je dois dire que les musulmans ont été très durs avec les peuples animistes ou polythéistes, surtout en Afrique subsaharienne, peuples qu’ils ont réduit en esclavage (environ 17 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, sur plusieurs siècles), traités comme des sous-hommes.

Là encore, ces actes sont contraires à l’islam. Meurtre, barbarie, esclavage, haine, mépris d’autrui, racisme, sont profondément étrangers à l’esprit de l’Islam.

L’Islam, c’est donc 2 milliards de personnes. 

A côté, on a une poignée de kouffars ridicules qui se sont pris pour la main d’Allah alors qu’ils n’ont pas compris ni respecté les règles de base de cette religion à laquelle, en réalité, ils sont totalement étrangers.

Voilà, j’ai fini.

Musulmans, musulmanes, Allah vous a dit de ne jamais tuer personne : c’est Allah qui décide, pas toi.

Signé : un kouffar.

DECLARATION DE PAIX ANARCHISTE

Je l’ai dit ailleurs, je le redis ici :

l’anarchisme, philosophie politique qui prône la vie, la liberté et l’amour, refuse absolument toute forme de domination.

Il est donc naturellement solidaire des croyants persécutés pour leurs idées partout dans le monde.

Les religions, quand elles sont authentiques, défendent et valorisent le meilleur de l’humanité.

Les religions, bien pratiquées, s’interdisent absolument de s’imposer par la force.

Les crimes contre l’humanité commis par des chrétiens, des musulmans, des bouddhistes, des athées, et tant d’autres, ne sont pas l’œuvre des religions, des livres sacrés.

Les crimes sont l’œuvre d’humains et d’humains sans foi ni loi.

Dans une société anarchiste, personne n’impose ses idées aux autres et tout le monde s’oblige à respecter les croyances et les idées d’autrui.

Si Dieu existe, il nous gèrera dans l’autre monde toujours mieux que toi.

Si Dieu n’existe pas, à quoi servait de tuer en son nom sans qu’il l’ait demandé ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *