Après mon article sur « Qu’est-ce que l’anarchie ? Qu’est-ce que le libertarisme ? Qu’est-ce que l’autonomie ?« , je pense que je vais développer, à mon rythme, mon propre petit manuel de théorie et pratique anar.

On sait qu’il y a peu de choses plus nocives à la vie que la domination.

Pour un qui fait le chef, y’en a 10, 100 qui voient leur liberté, leurs moyens d’expression, leurs droits, leur autonomie, leurs préférences, réduits d’autant.

Pour un qui fait sa loi sur 99, y’a 99 législateurs de perdus.

Il va de soi que l’intégralité des institutions sociales actuelle – les 4 piliers de notre Islam à nous, notre Soumission à nous (Islam veut dire soumission en arabe) Etat, Eglise, Entreprise, Famille – sont construits à base de chefferies superposées. J’ai déjà dit que j’emmerdais ces connards ? Tiens, je le redis, j’emmerde ces connards.

Voici une manière micro-sociologique, accessible à tous ici et maintenant, et qui coûte 0€ – oui, avec nous il n’y a pas d’agios, pas d’intérêts, pas de proratas, pas de carte d’identité à montrer, pas de carte bancaire à fournir, pas d’adresse, avec nous on a tout tout de suite là ici 🙂

C’est simple, comme dit le titre : il suffit de faire des deals anti-chefs.

Un deal anti-chefs c’est un groupe qui se constitue autour d’un projet, d’une passion, d’une ambition, d’une idée, d’un lieu de vie, d’un lieu d’activité, d’un lieu de production, et où chacun déclare : si un seul d’entre nous se met à jouer au chef, à celui qui décide pour tous, il ou elle fera l’objet de quolibets et surtout, il deviendra réprouvé de lui obéir.

Ainsi, personne ne pourra se dire chef religieux ayant le monopole de sa religion, comme un pape ou l’Imam du Caire ou je ne sais quel rabbin.

Personne ne pourra se dire chef d’une entreprise qui emploie des centaines de travailleurs tous différents dans tout un pannel de compétences étendues.

Personne ne pourra se dire chef d’un État qui compte des millions d’habitants.

Personne ne pourra se dire chef de famille et faire primer ses droits d’adulte d’homme ou de femme sur les droits des enfants et des adolescents à disposer d’eux-mêmes.

Tout cela fera l’objet de quolibets et surtout, il deviendra réprouvé de leur obéir 🙂

La nouvelle loi qui régit les groupes est que :

Article 1/ Si quelqu’un trouve qu’un truc est bien et que ça ne fait de mal à personne, il peut le faire dans le cadre du groupe ; s’il trouve des alliés, c’est bien pour lui ou elle !

Article 2/ Si une grande partie du groupe se réunit autour d’un projet, ça devient le projet et l’identité du groupe, sans imposer aucune exclusive : ceux qui sont occupés à autre chose restent sans problème dans le groupe, on ré-échangera les équipiers et reformera les équipes dans un processus continu de transformation sociale .

Article 3/ Les équipiers peuvent parfaitement s’accorder sur des chefs d’équipes, cooptés ; si ça pose problème, faut discuter ! Par contre faudra voir à pas trop s’enraciner non plus, je veux dire, on n’est pas chef deux cent ans d’affilée à obtenir 10 fois plus que les autres, là ça a tourné abusif et quand un membre du collectif tourne comme ça… il fera l’objet de quolibets et surtout, il deviendra réprouvé de lui obéir 🙂