Le 16 août 2018, Didier Fradin publia ce post sur son profil :

« 1- Accéder aux lumières consiste pour l’homme à sortir de la minorité où il se trouve par sa propre faute. Etre mineur, c’est être incapable de se servir de son propre entendement sans la direction d’un autre. L’homme est par sa faute dans cet état de minorité quand ce n’est pas le manque d’entendement qui est en cause mais le manque de décision et de courage à se servir de son entendement sans la direction d’un autre.
Sapere aude ! « Ose savoir ! » Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Telle est la devise des Lumières. »

Le philosophe prussien Emmanuel Kant, dans son opuscule « Qu’est-ce-que les Lumières ? » (1784) (merci Charlotte, ma fille), aborde la pensée des lumières et définit l' »acte libre » comme une action dont le mobile déterminant la volonté de
celui qui agit n’est pas empirique : il ne peut s’agir de suivre la représentation du bonheur, ou même d’agir par vertu parce que cela nous rendrait heureux, comme dans le cas de l’éthique eudémoniste d’Épicure.
Il faut au contraire agir non pas « conformément au devoir », mais « par devoir », c’est-à-dire que le mobile de la volonté doit être la loi morale elle-même, laquelle est nécessairement universelle et a priori.

« 2- La paresse et la lâcheté sont les causes qui font qu’un aussi grand nombre d’hommes préfèrent rester mineurs leur vie durant, longtemps que la nature les a affranchis de toute direction étrangère; et ces mêmes causes font qu’il devient si facile à d’autres de se prétendre leurs tuteurs. Il est si aisé d’être mineur !
Avec un livre qui tient lieu d’entendement, un directeur de conscience qui me tient lieu de conscience, un médecin qui juge pour moi de mon régime, etc., je n’ai pas besoin de me donner moi-même de la peine. Il ne m’est pas nécessaire de penser, pourvu que je puisse payer; d’autres se chargeront bien pour moi de cette ennuyeuse besogne… »
Le texte intégral ici : http://www.cvm.qc.ca/encephi/contenu/textes/kantlumieres.htm

Il est intéressant de noter que Kant servira de source aussi bien à Marx, Engels, qu’à Heidegger, et d’une certaine façon au Communisme et au nazisme, deux mouvements forgés sur la pensée unique, alors que le philosophe, dans l’esprit
des Lumières, et comme la Boétie, encourage l’Homme à réaliser que sa propre servitude ést volontaire.

ça m’intéressait alors j’ai répondu, et de fil en aiguille, ça m’a mené quelque part où je voudrais vous emmener aussi.

Le but du voyage est de montrer que tout est possible, et si tu peux le comprendre, tu peux le faire :

1/ on peut déplacer les limites et le centre de gravité de l’univers

2/ or qui peut le plus peut le moins

3/ donc on peut tout faire, sur terre du moins

LudoEducatif :

 Wech. C’est bien expliqué ton texte, on serait presque tenté d’apprécier ce crétin savant à la vie méga-chiante, pas exemplaire pour un kopeck.

C’est presque compatible avec la morale matérialiste ontologique, quand tu dis
« le mobile de la volonté doit être la loi morale elle-même, laquelle est nécessairement universelle et a priori »

D’après le matérialisme ontologique auquel j’adhère :
– l’être n’est que matière, rien de plus, rien de moins
– cette matière s’organise de mille manières, entre autres sous forme de vie, qui parfois, sous forme de système nerveux animal par exemple, se met à réfléchir, parler etc
– cette matière n’a pas de loi universelle – même ce qu’on appelle la constante de Planck, il est envisageable de la modifier (par une forme d’attentat cosmologique, par exemple, genre en allant perturber la matière dans sa version connue ou dans sa version anti-matière, matière noire, énergie noire etc)
(je sais pas si tu piges ce que j’envisage là, n’étant pas physicien…
mais imagine : là, les valeurs universelles sont issues de ce qu’est l’univers, or ça, on peut le changer, en provoquant des accidents qui ne viennent pas du Big Bang mais d’une de nos actions volontaires, libres, non-déterminées, un coup d’audace ; donc si on change l’univers, on change ses valeurs moyennes, donc son futur et le futur de ses valeurs moyennes…)
– la morale issue de cette ontologie est forcément libertaire, non-déterminisme, sans aucunement nier le poids de multiples couches de déterminisme (physique, quantique, chimique, biologique, social, cérébral, mental etc)

Donc la loi morale de l’univers c’est la liberté de faire n’importe quoi, genre exploser, créer ou détruire des étoiles, écrire des conneries sur Facebook.

Ah putain la philo de merde !!!

Didier :

je sais bien, mais je suis loin d’aller aussi loin… je dis juste que ce qui apparait évident comme base de détermination de l’humain (la capacité de raisonner et d’une certaine façon de s’auto déterminer), n’a pas l’air de convenir à ce même humain, puisqu’il finira toujours par se choisir des maîtres…

LudoEducatif :

pas si j’ai raison : si l’univers n’est PAS si déterminé qu’on le dit, alors la morale humaine découle de la morale universelle et la seule loi qui vaille est celle-ci : il n’y a pas de loi !
C’est ma thèse centrale dans le roman auquel j’ai travaillé et réfléchi 10 ans, K.I.N.S.K.I., aka « Klaus Kinski baise les plantes, l’art, la folie, l’ivresse, et demande la reddition sans conditions de tout le reste », un titre facile à mémoriser pour les enfants pas sages.
Du coup, les règles des groupes Facebook, elles trahissent la morale universelle, CQFD.
Et ça revient à conclure, effectivement, que le génial La Boétie avait raison !!!

Didier :

yep, mais tout ceci suppose que tout le monde soit au courant de et d’accord avec ton raisonnement, et…

LudoEducatif :

Et Dostoïevski, un de mes auteurs préférés, avait raison aussi quand il disait à travers Raskolnikov dans Crime et Châtiment que « Tout est permis ».

En fait mon raisonnement n’est pas le mien, c’est l’évidence, j’ai juste pompé ce livre grandiose, les vrais auteurs de ça c’est les auteurs de ce livre génial…

http://persocite.francite.com/assomat/apcollmat.pdf

et en fait ils ne sont pas non plus les vrais auteurs de cette thèse, qui met en scène l’oeuvre de plusieurs philosophes énormes que je ne connais qu’à travers ce livre.

 

Eh bien, c’est à l’éducation d’éduquer ! et à l’art, à la politique, de faire leur travail : diffuser la vérité, exterminer l’erreur (ou jouer au foot avec parce que se tromper, quoi de plus amusant ? 😛 )

 

Je reprends ta remarque plus haut, désolé mais je vais te montrer qu’elle est absurde :

 » mais tout ceci suppose que tout le monde soit au courant de et d’accord avec ton raisonnement, et… »

wallah… c’est comme si tu étais vers 1600 et quelques et que tu t’exclamais, quand Bruno et Copernic sortent leur théorie comme quoi la Terre, en fait, n’est pas plate :

 » mais tout ceci suppose que tout le monde soit au courant de et d’accord avec ton raisonnement, et… »

Ou comme si tu étais vers 1840 et qu’un anglais voyageur soutienne que l’homme, en fait, n’est pas né y’a -6000 ans comme le disait la Sacrée Bible, mais descendait en fait d’un singe, chose incroyable…

 » mais tout ceci suppose que tout le monde soit au courant de et d’accord avec ton raisonnement, et… »

ou comme si tu étais vers 1860 et qu’avec Pasteur, tu découvrais qu’il y a de toutes petites bêtes qu’on ne peut pas voir à l’oeil nu, mais qui causent la fermentation du vin aussi bien que des maladies mortelles :

 » mais tout ceci suppose que tout le monde soit au courant de et d’accord avec ton raisonnement, et… »

ou comme si tu étais vers 1910 et qu’avec Einstein, tu commençais à te dire que ton cher Kant s’était complètement planté avec ses affirmations totalement gratuites comme quoi temps et espace étaient des conditions a priori de la matière (quel benêt, la science existait déjà mais Kant était pas au courant qu’on pouvait tenter de vérifier avant d’affirmer des conneries), et qu’en fait, ces deux choses étaient la même chose, qu’on connaissait aussi sous le nom d’énergie…

 » mais tout ceci suppose que tout le monde soit au courant de et d’accord avec ton raisonnement, et… »

Bref. Aujourd’hui, des milliards d’humains ont la télé, l’Internet, la pub dans les bus. Si vraiment on voulait faire savoir que l’univers lui-même vote libertaire, il suffirait d’une soirée pour prévenir tout le monde.

« mais… mais… »

Nan, y’a pas de mais ! 😛 problème réglé !!! suffit d’un seul docu Arte pour expliquer ce qu’il faut savoir, et changer le monde.

J’ai pas été au bout de ma démo :
– mettons qu’on se mette à attaquer une Supernovae, allez soyons fous. On envoie une fusée géante bourrée d’uranium qu’on met 50 ans à concevoir et construire ; ça provoque une réaction en chaîne. La Supernovae explose, elle est énorme donc elle perturbe toute sa galaxie. Voilà, on fout le bordel dans Andromède, mettons. Eh bien tout ça change les masses, les vitesses, les radiations, les compositions chimiques etc, de cette zone, ça modifie donc toutes les moyennes de l’univers. L’explosion pousse la matière tout autour, cette matière doit donc bouger, et comme l’univers est en expansion, une onde de choc se propage et sa limite avance un peu plus que s’il n’y avait pas eu d’explosion ; ce qui provoque des ajustements en série, dont un changement, assez minime, de la constante de Planck (faudrait qu’un vrai physicien confirme), une modification de la gravité du système, et un léger déplacement du « centre » de l’univers, si cette notion a du sens… Et voilà, les lois de l’univers ont été réécrites, juste, au départ, par un acte de volonté libre, juste pour le fun, pour une blague… A mon avis ça peut marcher. Cette expérience de pensée prouve que rien n’est si fatal que ça, on peut changer le cours des choses.

Bon les gens vous avez compris le message ?

C’est juste Sartre 2.0.

Vous êtes l’univers fois Pi.

Sortez-vous le cerveau du cul.

Agissez.