Bon. Je ne pense pas que beaucoup de personnes aient jamais ressenti énormément de ferveur envers quelqu’un comme François Hollande. Il a atteint un niveau à l’échelle des élites locales, puis au niveau des élites politiques nationales, puis voilà, à la faveur d’un concours de circonstances qu’il a gagné par hasard – DSK hors-jeu pour « viol non-autorisé », ha ha, et Sarkozy hors-jeu, même pas pour cause de fascisme, mais pour cause qu’il est de toute façon et pour tout le monde un être insupportable d’arrogance et de violence morale des privilégiés, Ségolène out pour cause d’incapacité profonde à comprendre les choses, Martine Aubry deuxième je sais pas trop pourquoi je crois que je la préférais elle elle a bien plus de nerfs – à la faveur des gadins en série de tout un peloton qui s’excitait loin devant lui, le non-fougueux poitrail de Hollande a franchi le premier – tranquillement, à son rythme – le portail triomphal du palace élyséen, devenant notre Président normal à tous, monsieur Mou le morceau de beurre pas rance, euh, je veux dire monsieur Hollande le sauveur de la France.
On a commencé sur lui comme personnage, mais déjà il a fondu. Oublions complètement monsieur Hollande et considérons ceci :

– Les forces de gauche et du centre sont profondément compatibles.

En effet, y’a pas de fascistes dans les partis du centre et depuis très longtemps, les partis et les familles de pensée du centre, même à la limite de l’ancienne UDF, les politiciens du centre, les lois du centre – et putain, il y en a de belles, les lois d’égalité de genre des années 70, Giscard, Simone Weil, Badinter était pas loin, ils étaient et sont toujours progressistes, ils n’ont pas une éthique de violence, ce ne sont pas des législateurs envoyés par une partie du corps social pour en exploiter ou tyranniser une autre, au contraire de l’extrême-droite qui vise d’entrée à faire des millions de victimes de ses lois (le FN au pouvoir créerait évidemment des millions de privés de droit, un favoritisme abject et arbitraire en faveur de millions de gens supposés plus « français de souche » que les autres (modalités de ce classement ethnique ? on prévoit des fusillades ou pas ? les camps de détention des non-conformes seront situés où ?), au contraire de la droite qui vise d’entrée à refuser des tas de droits au peuple, à protéger systématiquement l’entrepreneur, l’avocat, le juge, le flic, le prof, le médecin, les autorités en général contre leurs ennemis et leurs victimes, comme si l’on n’avait pas le droit d’être naturellement ennemi de toute autorité dans un peuple qui a pris les armes déjà plusieurs fois de manière massive et nationale pour proclamer et défendre l’égalité et la liberté politiques. On les pratique et les valide tous par le vote, une voix égal une voix, un citoyen égal un citoyen. Cela, c’est un principe permanent et inaliénable, on ne peut pas exclure des sous-catégories de population de la validité de cette loi, donc Hollande et le clochard qui mourra cet hiver à Paris, ce sont au jour d’aujourd’hui deux citoyens strictement égaux. Eh bien les droites, les familles, les partis, les leaders, les législateurs de droite, ils font le crime politique de venir nier notre égalité et notre liberté politiques. Alors, comme leur message n’est pas licite, bien sûr, comme leurs intentions sont contre-révolutionnaires ils ne l’expriment pas souvent clairement et affichent la plupart du temps des programmes faux et hypocrites, c’est à dire que non, ils n’ont pas envie d’appliquer ce que le peuple français a décidé en 1789 et ensuite sous la Révolution, ce que ce peuple a redit tellement de fois ensuite chaque fois qu’il retrouvait des forces contre les convulsions multiples de ces géants qu’il fallait tuer, mais qui étaient si énormes que leur mise à mort allait prendre plus de deux siècles, il n’y a pas de révolution-événement, il y a des révolutions-processus, et c’est une question de rythme, et moi personnnellement j’aime assez la techno hardcore à 220 BPM !!!!!!!!! Les gens de droite font oeuvre de contre-révolution, ils votent pour le maintien de nombreuses injustices sociales par exemple. L’égalité hommes-femmes découle de la Révolution et la révolution féministe et l’égalité de genre ont commencé depuis longtemps, longtemps. Il y a simplement des forces qui ne sont pas d’accord avec ça – et ces forces sont de droite. La force mâle adulte (cf culte du chef UMP, la lutte de deux gros bouquetins aux longues cornes, avec le mâle Alpha (De Gaulle, ou Angela Merkel, ou le petit Nicolas, ou un quelconque gorille de leur race) pour référence). Garantir la propriété privée de ceux qui ont d’énormes biens – tu penses bien que toute la propriété foncière qui existait en 1789, résultat de siècles d’injustice sociale caractérisée, de loi du plus fort et du plus oppresseur, n’a pas été d’un coup et totalement récupérée par l’égalité politique qui implique une égalité d’accès aux richesses de la communauté nationale. Evidemment que tous les propriétaires, à ce moment-là et dans les siècles suivant, se sont accrochés et s’accrochent toujours à leurs biens : l’Eglise ; la noblesse et ses descendances, ses transmissions de patrimoine, ses alliances avec les bourgeois ; et la bourgeoisie qui était la classe qui avait réussi à monter sous l’Ancien Régime en requerrant pour elle-même une meilleure condition et des privilèges comparables à ceux de la noblesse et du clergé – une fois arrivés à l’égalité politique, même la bourgeoisie fait obstacle, carrément, on a beau décapiter la monarchie et l’Eglise, leur dire : vous dépendez de nous, nous ne dépendons pas de vous, il reste toujours ces possédants, ceux qui ont les appartements, les maisons, les terres, les bois, les moulins, les usines, les entreprises, le capital financier, les moyens de s’assurer une éducation, etc. Bref. Il y a la France avec il y a 200 ans son grand moment de fondation politique très moderne sur des principes universels qui ont eu une influence dans le monde entier. La France n’avait fait que réinventer ces principes qui existaient déjà, mais elle leur a donné une proportion et une actualité qui en ont fait la promotion dans le monde et ont imposé de nouveaux standards démocratiques. A la suite du peuple français, de nombreux peuples ont trouvé plus moral de couper au cutter, proprement, la moëlle épinière d’un monarque, que de laisser dans la merde des milliers de personnes par la faute du propriétaire de ladite moëlle. Cette France est la seule légitime, les gens n’ont pas le droit de voter fasciste, c’est contre la loi fondamentale, ou alors, s’ils veulent changer la loi fondamentale, qu’ils le disent clairement !!
– Gauche et centre sont largement majoritaires dans les institutions politiques de la France à TOUTES LES ECHELLES en 2012. Gauche et centre ont la totalité des Régions. La majorité des Départements et des Villes. Ils ont l’Assemblée Nationale et le Sénat. Ils ont le Président, qui nomme le Premier Ministre, qui nomme le Gouvernement. Même si les Municipales de 2014 étaient une catastrophe, l’union gauche et centre se trouve de toute façon largement majoritaire à toutes les échelles de la France. Il y a là tout simplement un consensus. Certes il existe des forces contre-révolutionnaires toujours vivaces, aux extrêmes des partis constitués, chez Jean-François Copé, chez Marine Le Pen, ces forces réactionnaires, hostiles aux droits des français, sont mêmes bouillonnantes et acides, répandant une odeur dégoûtante de mélasse royaliste raciste violente. Mais ces forces, c’est dans la population réelle peut-être un quart de gens qui ont mauvaise conscicence, c’est pas plus de 40%, c’est plutôt 30% à une élection du genre les députés aux législatives. Y’a 60 à 70% de français qui sont d’accord avec toute une série de droits fondamentaux et de progrès concrets dans la mise en application de ces droits qui font tout simplement partie de la Révolution française, c’est toujours le même processus, on n’a pas changé d’avis, on a été formés à l’école républicaine, tous sans exceptions même ceux qui ont été éduqués en école privée sous contrat avec la République, même ceux qui ont bénéficié du système réactionnaire-conservateur, terriblement successful en Europe après les Révolutions démocratiques à la frenchy, des « Hautes Ecoles », les Oxford et les Polytechniques. Faut absolument arrêter ça d’ailleurs, ça doit être au programme la suppression des ces écoles !!
Donc. C’est clair ? On a la majorité absolue, sans contestation possible, en cumulant tout ce sur quoi les français sont d’accord dans des tranches d’opinion politique qui comprennent beaucoup de monde à EELV, au Parti de Gauche, au Parti socialiste, chez les communistes, l’UDI, le Modem, des gens classés indépendants, divers, des formes alternatives ou particulière de nos revendications générales, en cumulant tout cela on a de quoi dire OUI à TOUTE loi de gauche pendant un bon moment.
Bordel, vous comprenez ce que ça veut dire ?
C’est incroyable mais vrai, c’est la situation politique.
C’est pour ça que j’ai commencé sur Hollande. La rondeur bien-portante du bonhomme nous cache carrément la vue : sur la photo de l’Elysée on voit mal, mais il y a le peuple de la France égalitaire en armes derrière lui.

Voici donc, impérativement, ce qu’il faut accomplir ces prochaines années, car certains pouvoirs, sait-on jamais, pourraient être perdus un jour ou l’autre du fait de la mauvaise presse produite par les grands mous du PS au pouvoir.

Le féminisme est un besoin absolu. La situation est scandaleuse, toutes les revendications féminines sont légitimes, quand bien même certaines plus dures que d’autres voudraient forcr des hommes à certaines contraintes pour garantir leur protection sachant combien les mâles en général, la masculinité en général, a pu être néfaste aux femmes dans l’histoire, personne ne peut ignorer cela, l’histoire ça a toujours été des viols au civil comme au militaire, le viol comme initiation, le viol comme arme de guerre, la vente de femmes, l’exploitation de femmes domestiques, de femmes esclaves, les hommes d’aujourd’hui, même au-delà de tout soupçon, doivent accepter que, peut-être seulement pour un siècle ou deux, allez au minimum 3 générations, on ait des sortes de garanties de non-agression de la part des hommes et des dispositifs de surveillance et de mise en application concrètes des droits des femmes. Il y a une loi toute simple à faire. On voit donc que le salaire des femmes est de 17% inférieur en moyenne à celui des hommes ? Bon, ben voilà, ça, c’est illégal, c’est de la discrimination économique et rien ne le justifie, égalité politique = égalité économique de base de tous les humains adultes, c’est du bon sens, la divine Raison comme disaient nos ancêtres Robespierre et Saint-Just. Je le redis ou c’est bon ? Cette loi d’application immédiate, là tout de suite, c’est pas de la féérie. Là, les progressistes et les vrais français politiques sont majoritaires en tout, la droite est laminée et explose sur elle-même à force de bêtise et de violence, le FN est médiéval. Donc l’égalité homme-femme complète, l’achèvement de la Révolution, c’est là maintenant, 2012-2017 – là on a la présidence de l’État, donc le gouvernement, et on a pour sûr l’Assemblée et le Sénat : c’est le principal !!! Et ensuite pour faire appliquer les lois françaises à la société française, même à ces fachos de droite, eh bien là on a toutes les régions, plein de départements, la plupart des agglomérations… bref, de quoi rêve le peuple ??? C’est le paradis là les amis, les amiEEEES.

L’accès à la libre entreprise et à l’activité économique est une priorité absolue. En effet, quand on a proclamé l’égalité politique, du coup tout le monde est en charge de la vie de tous, un petit peu, proportionnellement à son poids démographique, de la vie sociale et de ses règles. Donc, cela sera un non-sens absurde ou une hypocrisie ignoble que de donner « théoriquement » le droit de choisir à des gens qu’on nommerait citoyens, sans se soucier du tout que ces citoyens soient par exemple des gens sans culture et sans capital, issus de l’éternelle reproduction de la misère par elle-même du fait de l’insuffisante redistribution des richesses qui a succédé à la Révolution. Il semble évident, et on le doit à nos législateurs de gauche et du centre par le passé, qu’un revenu minimum garanti à chaque citoyen français est un droit de base, notre communauté politique régit le commerce, régit la production des richesses, régit l’occupation des sols, la construction des maisons, les budgets de subvention, les taxes sur les ventes et les achats, notre communauté fait de la politique économique tout naturellement, elle implique évidemment que chaque citoyen politique soit aussi un citoyen économique, on imagine mal un citoyen français vivre nu en slip de marmotte dans un bois toute sa vie en-dehors de toute compétence professionnelle susceptible de lui apporter des revenus, le français moyen connait les sciences et les techniques et les arts, le français fait bien pas mal de boulots, il s’y connait plutôt bien en économie ça va, on peut lui faire confiance. Et par ailleurs y’a pas de raison non plus pour que dans certaines circonstances exceptionnelles la communauté politique laisse mourir dans la rue, de froid, de faim, et de maladie, certains citoyens. Cela, on est tous d’accord, c’est intolérable. On ne peut pas demander à chacun de s’investir personnellement dans l’assistance à tous ceux et toutes celles qui pour diverses raisons se retrouvent sans ressources et ne peuvent pas travailler ou vivre de quelque chose. Ils sont privés, par divers malheurs, de leurs droits d’exercer des activités économiques, donc c’est l’Etat, celui qui garantit les droit des tous les citoyens (même ceux de droite, allez, la gauche est sympa), qui vient prendre sous son aile un moment ces personnes, le temps qu’elles se remettent. ça prendra peut-être un an ou plus avant que cette personne retrouve sa liberté et sa capacité à s’assumer matériellement, physiquement, psychologiquement, professionnellement, mais la communauté politique aura ainsi le bonheur de retrouver en son sein un acteur économique et un citoyen politique capable d’exister et de s’épanouir de plein droit. Au lieu d’un SDF mort, on rétablira un citoyen français, membre d’une famille la plupart du temps, habitant d’un lieu peuplé, voisin de certains, travailleur ici et là pour ci et pour ça. Fraternité, c’est écrit sur ma carte d’identité et sur la tienne – qui est contre ça ? qui veut enlever le mot fraternité de notre carte d’identité ? Ce serait une révision importante de notre Constitution morale. Nous ne somme pas fermés à tout débat, mais si on veut virer ce principe, il faut nous expliquer pourquoi ? ça pose problème à quelqu’un, le devoir de fraternité ? ça fait chier quelqu’un, on n’est pas trop d’accord ? Ben vas-y, parle, mais d’office, le truc sonne pas heureux.