Massacre du massacre

Le massacre du printemps
Jean-Pierre Bobillot
Derrière la salle de bains
30pages, 8 euros.
Avec un CD offert (mais on s’en serait passé)

 

Apparemment, la poésie de Bobillot s’arrête là où commence le goût. Sous une couv’ très jolie, un ramassis de truismes à prendre comme poèmeprécède une éructation informe, que suit la répétition absurde de quatre mots. Déjà moitié du livre, et cinquante tirets décident de ponctuer un autre charabia, en anglais. Courage, voici les deux tiers : sur huit pages, Bobillot en interview, explique sa « poétique ». Le massacre est fini ? Non, miracle, il reprend sur CD. Musique classique, berceuse, cloches, speakerine d’aéroport, voix en allemand (sehr schön), et voix (celle-là pas indispensable) de « Bob », éjaculant son travail de la langue. Poésie sonore ? Non, sous-culture du ghetto, d’une pauvreté assommante. Le pire, c’est qu’on en voudrait, d’une poésie sonore, même low-fi, même pauvre en moyens (voir le site web T.A.P.I.N.), mais franchement, on ne se contentera pas de braillements bruités avec effet d’écho ringards sous MusicMaker 1 pour Windows 3.0.

On tient donc à saluer la tentative comme elle le mérite : Salut, tentative. Maintenant, va-t-en.