Chloé reboote

Corpus Simsi
Chloé Delaume
Léo Scheer
125 pages, 25 euros.

 

Chloé Delaume étant Chloé Delaume, on la retrouve une fois de plus lasse de Chloé Delaume. Elle attend, réfléchit, trouve une solution : devenir un Sims, – devenir un des personnages du jeu vidéo paraît-il le plus vendu au monde, une simulation d’existence dans un contre-univers parodique à force de fausseté.

Avec le jeu commence le livre, abondamment illustré de copies d’écran colorées, très kitsch. Rédactrice d’un texte qui est en même temps un manuel, une analyse, un Sim-pamphlet contre la réalité, et une biographie personnelle, la Sim-Chloésubstitue – on suppose – à la difficulté d’être le dilemme binaire, au corps douloureux la mosaïque de pixels, au nom d’état civil le pseudo, même si c’est le même. A elle la nouvelle vie : choisir un avatar, télécharger une robe, parler par pictogrammes, nourrir un siamois, soigner ses besoins de base, vivre virtuelle le plus possible, non sans quelques bugs traumatiques ressurgis de son passé humain : Je redoutais tant les cauchemars, une habitude de mon ex-corps, que j’ai dormi des jours durant sur la moquette par prévention. Acerbe et heureuse d’avoir enfin quitté le réel, elle goûte au plaisir anesthésiant de la vie simplifiée :Je rêve du ficus de l’entrée, de mon chat, de Gérard Pichu, du jacuzzi, de mon mari, de mon piano électronique. Elle préfère s’ennuyer en 3D isométrique que souffrir en 3D existentielle.

Très original, superbement édité, fun, brillant, plein d’allusions comiques, un peu désespéré, Corpus Simsi est un livre finalement assez vain. Chloé virtuelle note elle-même : « Les Sims ont du talent, mais jamais du génie. Nous simulons si brillamment vos toutes dernières générations. »