Cahiers de la Villa Gillet
N°16
160 pages, 12,93 euros.

 

À la Villa Gillet, centre d’analyse et de diffusion de la pensée et des arts contemporains de la région Rhône-Alpes, penser la guerre et penser l’événement, c’est aussi faire la lumière sur la mort infligée, la torture et la souffrance physique. La nouvelle livraison de ses Cahiers rassemble une douzaine d’articles issus de deux colloques.

Côté « L’événement », Philippe Mangeot, fondateur d’Act-up, signe une étude qui montre comment le sida n’a pas eu lieu, tandis que le philosophe Bruno Karsenti recherche les fondements du droit de punir en tant que, par le supplice, il rate sa cible (le crime) et s’en prend, faute de mieux, au corps du criminel.

Côté « Penser la guerre aujourd’hui », le géopolitologue Gérard Chaliand livre une intéressante description des principaux types de guerre (nomades contre sédentaires, Islam contre chrétienté puis, vers la guerre totale, nation contre nation); au programme également, une démonstration du dépassement de la tactique par la stratégie à l’ère nucléaire, une analyse de la cruauté politique, du tyran romain au bourreau serbe, enfin une (utile!) mise en perspective de la « guerre juste » de George Bush junior à l’aune des vieux discours théologiques de justification du conflit.

Noir, mais humaniste.