C’est marrant à voir, mais notre corps de protection sociale, nos émissaires de paix, notre police du pays des droits de l’homme, montre quelques méchants traits de ressemblance avec, disons, les pires barbares de l’histoire humaine.

Sur tes impôts ma grande, mon grand.  En ton nom, sur ton territoire, avec ton drapeau sur le dos.

Quelques points communs

  • Chasse les étrangers, « métèques »
  • Chasse les « nègres » ou les « bougnoules » (contrôles systématiques au faciès, meurtres par asphyxies lors d’arrestations ou par tabassage dans les commissariats)
  • Chasse les Roms
  • Chasse les intellectuels (ex : Coupat, ou les militants du cannabis)
  • Chasse les communistes, gauchistes, anarchistes, écolos… (laisse des cadavres dans les rues ou les bois)
  • Chasse les homos
  • Chasse les fous (cf traques de schizophrènes sous Sarkozy)
  • Chasse les « asociaux », « marginaux », « parasites sociaux »
  • Rafle des enfants jusque dans les écoles
  • Violente des ados comme des personnes âgées
  • Tue sans procès, sur décision du « chef » (cf les services secrets de Hollande, cette police politique criminelle commettant des assassinats ciblés extra-territoriaux)
  • Utilise la psychiatrie comme moyen de motiver scientifiquement ses exactions (cf examen psy exigé de Marine Le Pen)
  • Terrorise la population, fait une police de rue sauvage (des flics en civil font partie des casseurs)
  • Vénère les armes
  • Bénéficie de jugements tolérants, tenant compte de son statut protégé, supérieur
  • A le culte de l’obéissance, et criminalise la désobéissance à sa loi
  • Exigence le respect absolu de sa grandeur, la soumission morale à ses mensonges (cf délits d’outrage et rébellion)
  • Essaye de tuer par le dénuement (cf quand la police vole les couvertures des migrants par grand froid, ou prive les détenus d’eau et de nourriture)

 

 

Police criminelle

Quelques éléments d’information sur les crimes et délits de l’Etat policier français contemporain :

Allez, on se posera des questions plus tard, sur le pourquoi du comment, là j’ai autre chose à foutre, je dois surveiller mes radis qui poussent.