Cher Dieudo, tu me permettras de te tutoyer par affection et par respect, je t’écris cette lettre et je le fais publiquement parce que cela fait vraiment longtemps que je te suis et que j’adore ce que tu fais et que, dans ce nouvel affront fait à ton talent, je ressens le désir de t’apporter un peu de réconfort moral – sans présumer du fait que tu en aies vraiment besoin, mais peut-être, si quelqu’un te file l’url de cet article, peut-être je te ferai sourire, peut-être je te ferai plaisir. Tu fais preuve d’un courage et d’une audace exemplaires que plein de teckels télémédiatiques, pleins de comiques bourgeois à l’humour sinistrement concon-formiste, plein d’artistes du rire officiel, devraient t’envier s’ils avaient une conscience. Tu n’es rien moins que le maître français du vieil artisanat de la Quenelle, tes quenelles sont réputées dans le monde et elles se vendent incroyablement cher sur le marché noir de la quenelle qu’on appelle la justice. Tu viens en effet d’être condamné à 20 000€ d’amende pour « incitation à la haine raciale » (un comble, pour un métisse…) qu’on a cru voir (mais il arrive que les juges fument du crack comme certains commissaires et autres Superflics) dans une blague d’humour noir (croisé breton épagneul ?) qui m’a fait mourir de rire. C’est la énième fois que tu es condamné, non seulement par la justice française formée au Cirque Pinder du contosionnisme intellectuel, mais également par d’autres formes d’opprobre public (note: oui, le mot opprobre est masculin, donc public est masculin), par exemple ces petits cons de présentateurs en costume, ou divers journalistes, ou simplement des gens qui n’ont pas trop le sens de l’humour (ni sans doute de l’amour).

J’ai suivi et regardé et re-regardé à peu près tous tes spectacles, gratuitement, sur Internet. J’ai rarement vu un tel talent comique, peut-être Lenny Bruce, un autre écorché-vif victime de sa société (il était juif américain, tu sais ? un frère provoc’ ! 😉 ) Tu excelles en tout. Tes spectacles sont superbement écrits. Tu joues des kyrielles de personnages aux antipodes les uns des autres, tous avec une vérité, une humanité proprement incroyables, très rarement vues. Tu sais à qui tu me fais penser ? A Louis-Ferdinand Céline. Comme toi, Céline a trop joué avec le feu. Ses pamphlets antisémites sont détestables, et plutôt mal écrits. Mais ses romans sont des chefs d’œuvre d’humanisme. Un écrivain japonais, Kenzabûro Oé, qui a obtenu le Prix Nobel de Littérature, ne s’y est d’ailleurs pas trompé, qui dans son roman Une existence tranquille a fait référence à Céline comme à un penseur certes misanthrope et agité du bocal, mais profondément tendre et humain. Ce roman est une autobiographie dont un des personnages est une transposition du fils déficient mental de l’auteur (le genre de personne que les nazis et d’autres fascistes gazaient). Le lien entre ce personnage et l’œuvre de Céline se fait facilement, via la « troupe de débiles » que Céline met en scène dans la « Trilogie de la fin« , Nord / Rigodon / D’un château l’autre, trilogie qui est le chef d’œuvre stylistique et visionnaire de Céline.  Il y a dans tes thèmes et tes personnages le même genre de contraste que chez Céline entre un dégoût profond et une tendresse profonde envers les vices et les vertus de la nature humaine. Il y a le même genre d’ambiguïté dans la vie réelle, car Céline, qui a donc signé ces infâmes pamphlets antisémites, gerbants, pouvait aussi faire tout le contraire de ce qu’il disait. Une de ses biographies relève par exemple que lors de la Débâcle, en 1940, Céline prend la fuite en ambulance ou en voiture, je ne me rappelle plus bien, et « ramasse » là une personne juive, ou deux, ou plus, ou des enfants, je ne sais plus bien, j’ai lu cela il y a longtemps mais cela m’avait frappé. Son esprit avait la bêtise d’être antisémite au moment où ce connard d’Hitler préparait la Shoah, mais son cœur d’homme et sa vraie vocation de médecin ne pouvaient pas s’abaisser à l’idiotie de certaines de ses idées.

Je n’ai jamais vraiment bien compris à quel degré – premier, second, deux-centième ? – il fallait prendre tes rapports avec ce FN et ce Jean-Marie Le Pen (cet assassin d’un Algérien ! en 2002, on avait un truand notoire, Chirac, en compétition pour la Présidence avec un assassin raciste, elle est belle la République des Droits de l’homme…) que je méprise et honnis du fond du cœur, ou avec l’Iran, il me semble que ce genre de conneries appartient à un personnage-fiction qui joue avec le feu-réel, je ne sais pas trop et ça m’importe beaucoup moins, ta vie, que ton œuvre, qui m’impressionne. Dans le cas où tu es vraiment passé à droite comme le dit ton ex-pote Elie Semoun, je veux dire perso, toi en tant que citoyen, dans ce cas en tant que citoyens nous sommes des ennemis politiques car moi je suis anar d’extrême-gauche, mais en tant qu’artiste, vieux, tu es mon grand frère, je ne te demande pas du tout de le reconnaître ou de le valider, mais c’est le cas, on parle d’âme-soeur, toi tu es une de mes âmes-frêres, je te dis ça comme marque de soutien et d’affection d’un de tes fans, tu vois ?  Je suis un petit con de blanc, mais ma copine actuelle se définit comme Noire américaine, descendante d’esclaves, même si elle vient aussi de peuples Indiens d’Amérique (Choctaw et Cherokee), et de blancs Anglo-saxons – tout le monde se mélange, tout le monde nique tout le monde.

J’aime profondément ton humour parce que tu te payes le luxe d’en être un intellectuel révolutionnaire dans le style d’Aimé Césaire ou de Franz Fanon. Tu m’as scotché avec une idée, et crois-moi, j’ai pas vendu mon cerveau à TF1 ni à Coca-Cola, j’ai réfléchi dans ma vie, et tu m’as scotché. Moi qui suis un habitué des provocations en tout genres, tu as réussi à me choquer l’esprit. Comment tu as fait ça ? En osant attaquer la culture mémorielle du génocide juif. Je suis quelqu’un qui pleure et qui crève de rage en lisant Primo Lévi, en lisant l’histoire de la rébellion juive du ghetto de Varsovie, en lisant l’histoire du nazisme. La première fois que, à 16 ans, j’ai vu un documentaire sur la Shoah, j’ai eu envie de mourir. Je me suis senti personnellement sali d’appartenir biologiquement à la même espèce que ces Allemands et ces nombreux européens qui ont haï, privé de droits civiques, arrêté, traqué, fusillé, parqué, et gazé les juifs. Le gazage de l’âme corrompue de Jean-Marie Le Pen ne serait sans doute qu’un détail de l’Histoire, mais le génocide des Juifs (dans cette appellation, on inclut tous ces gens qui étaient athées, protestants, catholiques ou pourquoi pas même bouddhistes ou panthéistes ou bantous, qui n’étaient ni circoncis ni croyants ; on inclut tous ces juifs croyants, pratiquants, culturellement juifs, mais aussi culturellement européens, français, allemands, hongrois, etc ; pas pour dire que l’un vaille mieux ou moins bien que l’autre, mais juste pour souligner l’arbitraire total et la bêtise affligeante du projet nazi) par les Allemands et leurs nombreux alliés – en Pologne, en Lithuanie, en France, en Hongrie, en Bulgarie, etc, – ce génocide qui est le plus grand crime humain de l’Histoire – 6 millions de morts juifs en 5 ans ! – restera pour toujours un scandale absolu et une tache indélébile dans la mémoire humaine. Comme a dit Lautréamont : « Toute l’eau de la mer ne pourra jamais laver une tache de sang intellectuelle« . Ce que je viens de dire, c’est la thèse que tu as osé, avec un incroyable courage intellectuel, braver, et qui m’a tellement étonné et fait réfléchir. Tu n’étais pourtant pas censé être un intellectuel ni un historien ni un philosophe, juste un clown, un amuseur public, souvent les comiques c’est pas bien malin et ça n’avance aucune idée profonde. Ta thèse à toi donc, c’est qu’il y a plus grand et plus horrible que le génocide juif : l’esclavage des Noirs, pendant 20 siècles. Personne n’était là pour compter dans ces siècles obscurs (et on se demande toujours, au moment où Al-Assad vient de plonger la Syrie dans le noir et où Israël vient de décider de créer de nouvelles colonies à Jérusalem-Est, on se demande toujours quand est-ce que l’humanité verra le bout du tunnel de l’histoire de ses haines), mais je me suis renseigné sur le sujet et j’ai retenu, en faisant une sorte de moyenne entre des chiffres très controversés et de toute façon impossibles à établir clairement, j’ai retenu ce chiffre : environ 10 millions d’esclaves fait par les Arabo-Musulmans, et environ 10 millions d’esclaves faits par les Européens. Cela fait 20 millions (ou ptet seulement 10, ou ptet 40, on sait pas) de personnes humaines à qui d’autres personnes humaines ont refusé le statut de personne humaine et qu’ils ont traité plus mal que les abattoirs traitent les animaux d’élevage, qui font également l’objet d’un génocide permanent, sans que personne ne bronche trop, et cela ça ne se passe pas dans les siècles obscurs, cela se passe là, maintenant, tout de suite.  Ne parlons pas des animaux ici, nous y reviendrons sûrement (mais d’ailleurs tu as aussi fait un spectacle là-dessus, bravo !!!), revenons aux 20 millions de victimes noires.

20 millions, si l’on compte bien, ça fait un peu plus de 3 fois plus que les 6 millions de victimes juives. C’est un peu sale, de se demander : ce crime-ci vaut-il mieux que ce crime-là ? C’est une pente un peu glissante. La différence entre ces deux incroyables peuples de victimes, c’est que les esclaves, dans leur majorité, sans vouloir aucunement diminuer l’intensité de la violence perverse à leur encontre, n’étaient pas faits pour être exécutés mais pour être utilisés comme des objets ou des animaux. On ne leur a pas interdit d’être noirs ou dénié toute humanité, on les a exploités comme des travailleurs gratuits, corvéables à merci, les femmes et les enfants violables à volonté, tous âges et sexes tuables à volonté s’ils ne donnaient pas satisfaction, s’ils se révoltaient, ou simplement si le fait de les nourrir ou de les soigner semblait trop cher à l’esclavagiste arabo-musulman ou européo-chrétien.  (Voilà deux religions et deux groupes de peuples qui ont sali la dignité humaine, leur propre dignité, à jamais. Cette tache ne sera jamais lavée non plus. Il n’y a plus moyen d’avoir aucune foi en un Dieu après cela.)

Là où je te donne raison et où tu m’as étonné, stupéfait, c’est en osant faire des blagues sur la manière dont le souvenir et le culte mémoriel du génocide juif, occultent et font disparaître du débat public la question, toujours contemporaine, de l’esclavage immonde de ces 20 millions de Noirs. Cela, putain, il fallait le trouver. Tu as de la chance, puisque tu es mi-blanc mi-noir, ça t’a mis la puce à l’oreille 😉 Mais c’est un discours tellement original, tellement inédit, tellement peu entendu !! Bref, je te remercie pour cela, j’étais obnubilé par le génocide juif et la culpabilité européenne, tu m’as aidé à réévaluer les choses en prenant mieux en compte la mémoire de tes ancêtres côté paternel, en conséquence de quoi, loin de te condamner comme ce tribunal dont l’anus s’est quelque peu crispé sur le balais à chiottes de la République Française (pet à son âme ! RF = rien à foutre), moi qui n’ai aucun pouvoir, aucune influence, je te décerne du fond du cœur la Légion d’Honneur de l’enfilage de quenelle de 30, tu l’auras bien mérité par ton combat et ta résistance à l’oppression culturelle permanente que représente l’idéologie occidentale, avec ses amnésies et ses dénis. (cela a dû te faire de la peine, non, quand une majorité de salauds de députés élus par le corps électoral français du 21è siècle a proclamé que la colonisation française avait été une bonne chose !!! Moi j’ai eu la gerbe !!! Je ne connais pas l’histoire du Cameroun, mais j’ai entendu parler entre mille autres choses, du comportement de l’Armée Française en 1945 quand les Malgaches ont voulu chasser leur bourreau blanc : les militaires français emmenaient les chefs rebelles faire un tour en avion et, une fois dans le ciel, ils les jetaient par la portière… Les députés auraient peut-être pu en toucher un mot dans leur célébration de la grandeur française façon branlette nationaliste. Députés qui avez voté cela, vous méritez le dernier des mépris, à la hauteur de votre trahison des valeurs humanistes.)

Voilà, mon cher Dieudo, je pense avoir dit l’essentiel de ce que j’avais à te dire. Si j’avais de l’argent, si j’étais un porc de riche, je t »aurais volontiers offert de payer ton amende, et peut-être même une petite campagne d’affichage public façon provoc’ anti-cons affichant ton beau visage de comédien hyper-expressif dans un périmètre de 500 mètres autour des tribunaux de France et de Navarre, histoire de, comme tu sais si bien le faire, « amuser un peu la galerie ».

Je t’aime, Dieudo, je suis de tout coeur avec toi sur le plan artistique et humoristique et je pense comme toi que l’humour n’a et ne doit avoir aucune limite, et que toute censure, comme celle de ces stupides juges français, est illégitime dans son fondement même et constitue un délit qualifié, une agression caractérisée contre ton droit fondamental à exprimer tes idées, quand bien même tes idées seraient fausses ou sales ou désobligeantes. Tu n’as pas le droit de tuer ou de frapper, personne n’a le droit, mais tu as le droit de dire ce que tu penses. Tu me fais crever de rire, tu es le meilleur comique français actuellement en vie. Tu fais des portraits au vitriol de tout le monde, le juif comme le nazi comme le harki comme la vieille asiatique, et dans cette galerie tu fais un sacré beau boulot d’artiste et tu traites tout le monde finalement avec autant de haine que de tendresse – il existe bien en effet une incitation à la haine, mais il est difficile de la faire punir : c’est ce monde qui nous incite à la haine, c’est le monde de ces juges et de ces politiciens et de ces patrons et de ces petits chefs confrontés au monde des sous-catégories sociales, les « immigrés », les « banlieusards », les « terroristes », etc etc, c’est vrai je le reconnais moi aussi ce monde nous fout la haine, faut condamner ce monde c’est clair, à une forte amende et à se taire et peut-être encore plus. Faut condamner ce monde et pas ceux qui le dénoncent en criant « trop fort » – ce qui est trop fort en réalité c’est le fait que le juge n’entende rien et ne ferme pas sa propre gueule. Cela mérite vraiment d’être vu tes spectacles, c’est plus riche et plus fort que chez Jamel ou chez Gad Elmaleh qui reste bien gentil ou que chez Danyboon et tout, ils prennent pas trop de risques, ils se visent pas eux-mêmes. Tes personnages d’africains, car bien sûr tu n’en fais pas qu’un et te montre soucieux de pluralisme bien loin de jouer trop facilement comme d’autres sur les stéréotypes « raciaux », c’est tout un monde, ils et elles sont hilarant/e/s.

Je finirai là-dessus : pourquoi tu restes en France ? Tu as sacrément eu le temps de t’apercevoir que ce n’est qu’un pays de médiocres, de jean-foutres, d’hypocrites, de petit-bourgeois de du servage et de l’esclavage eux-mêmes colonisés par les Américains et les Chinois, ils ne sont supérieurs qu’à leur propre trou du cul quand leur aérophagie morale les propulse soudain 3 centimètres plus haut que d’ordinaire. Tu devrais plutôt t’exiler, renier ta nationalité, renvoyer ta carte d’identité à monsieur Manuel Valls, et venir t’installer dans une ville où la liberté d’expression est bien mieux garantie qu’en France. Personnellement, je te recommande Berlin. Il n’y a plus trop de juifs ici, mais les Allemands ont fait de très jolis monuments en mémoire de leurs crimes, dont le Mémorial des juifs assassinés d’Europe et le superbe, l’incroyable Musée Juif de Liebeskind (le nom de l’architecte signifie en allemand « enfant de l’amour » : ça ne s’invente pas !!!) Curieusement, si tu venais voir par-ici, tu t’apercevrais qu’on ne trouve aucun monument commémoratif, aucune plaque, aucune référence publique, à ce que les Boches, les Schleus, les Teutons, et la racaille raciste européenne en général, ont commis de crimes en Afrique Noire. En France non plus, on ne trouve quasiment pas de tels monuments et c’est un scandale. Ce constat te donne absolument raison. Shoah Nanas, c’était vraiment très drôle, et très osé, je suis absolument contre l’antisémitisme et contre tout racisme et pourtant ton audace, ton courage, ton intelligence, m’ont fait rire comme j’ai rarement ri. Tiens bon vieux ! Courage ! Si le Dieu juif existe, tu verras que lui ne te condamnera pas. Le Dieu juif a de l’humour, même quand des français et des juifs et des juifs français n’en ont aucun. Je suis sûr qu’Elohim a ri à tes vannes. Les petits elfes de la Bretagne celtique et les dieux camerounais se sont fendus la gueule eux aussi. Allez, à bientôt sur Internet pour de nouveaux spectacles brillants et hilarants ! Bisou !

(PS : tu sais pourquoi Hitler s’est suicidé ?

Parce qu’il a reçu la facture de gaz !!!

Cette blague m’a été racontée par un jeune Allemand de 23 ans du nom de Levi. Il n’est, curieusement, pas d’origine juive… ses parents allemands lui ont donné ce nom en mémoire de la Shoah… ils auraient aussi bien fait de l’appeler Dieudonné, ça changerait un peu.)

(PS2 : tu sais ce qui serait vraiment marrant ? Tu aimes faire chier, pas vrai ? Pourquoi t’irais pas faire un spectacle en deux volets, l’un à Jérusalem-Ouest, l’autre à Jérusalem-Est ? 🙂 Les deux camps ont besoin de rigoler, là-bas…)