Texte publié dans la revue Eye, copyright Jim Morrison, 1968

Voici un texte écrit par Jim Morrison – le chanteur des Doors, et excellent écrivain.

 

Il s’exposait délibérément, et vivait l’horreur de tenter l’assemblage d’un mythe devant un milliard d’yeux mornes, secs et impitoyables. En quittant son avion, il s’avançait résolument vers la clôture métallique, dédaignant les conseils de ses agents, pour toucher des mains. Toutes proches et prêtes à répondre à son invitation à venir l’admirer, de l’adoration ou des armes. Cette constante certitude intérieure inexprimée que son corps était une cible à chaque instant public. Des perceptions nerveuses nouvelles fleurirent au creux du jardin de la moelle épinière de son cou. On disait que lorsqu’il vous regardait, il mettait à nu le contenu de votre boîte crânienne. Naturellement. Car les sourires d’un admirateur bien intentionné cachent aisément la mort derrière des dents de chat. Ni paranoïa ni insouciance ignorant la mort, mais une connaissance délicate et sensuelle de la violence dans un présent éternel.

Cyclopes. Les gens qui ressemblent aux lézards primitifs ont un joyau à l’intérieur du crâne. Appelé la « glande pinéale », il est situé dans le cerveau à la jonction des deux hémisphères du cervelet. Chez certains individus ce vestige de troisième oeil est encore sensible à la lumière.

L’œil résiste à une analyse séparée. Prenez conscience que les yeux sont en fait deux globes mous qui flottent dans l’os.

Les impressions me voient.

Demandez à quiconque quel sens il préserverait par-dessus tout autre. La grande majorité répondrait la vue, abdiquant un million d’yeux à l’intérieur du corps en faveur de deux yeux dans le crâne. Aveugles, nous pourrions vivre et peut-être trouver la sagesse. Sans le toucher, nous deviendrions des blocs de bois.

L’oeil est une bouche avide
qui se nourrit du monde.

Architecte de mondes-images
en concurrence avec le réel.

Il y a des planètes jumelles
dans le crâne.

L’œil est dieu. Et il est le monde,
car il a son propre équateur .

Arrachez l’œil d’un animal dans l’obscurité et placez-le devant un objet, clair et brillant, une fenêtre se détachant sur le ciel. Le contour de cette image se grave sur la rétine, visible à l’œil nu. Cet oeil excisé est un appareil photographique primitif, le pourpre rétinien tenant lieu d’émulsion.

Kuhne (1), à la suite des résultats positifs qu’il avait obtenus sur des lapins, se vit présenter la tête d’une jeune victime de la guillotine. L’œil fut extrait et fendu suivant son équateur. L’opération fut réalisée dans une pièce spéciale, rouge et jaune. La rétine de l’œil gauche présentait une image distincte mais ambiguë, impossible à déterminer. Il passa les années suivantes à rechercher sa signification, la nature exacte de l’objet, si objet il y avait.

Les fenêtres sont les yeux de la maison. Regardez à l’extérieur de votre prison corporelle, d’autres jettent un coup d’œil à l’intérieur. Le mouvement n’est jamais à sens unique. « Voir » implique toujours l’éventualité d’une atteinte à notre intimité, car en nous dévoilant l’immensité du monde extérieur, nos yeux ouvrent aux autres l’accès de l’infinité de nos propres espaces intérieurs.

Quel est le sort des yeux pendant le sommeil ? Ils bougent constamment, comme les spectateurs d’un théâtre.

Les pupilles se dilatent lors d’états anormaux. Les drogues, la folie, l’ébriété, la paralysie, l’épuisement, l’hypnose, le vertige, une intense excitation sexuelle. L’oeil découvrant son océan lorsque l’idée même d’océan est révolue.

Enkidu (2) était un homme sauvage, un animal parmi les animaux.
Un jour, à un point d’eau, une femme offrit sa nudité à son regard, et il y fut sensible. Ce jour-là il partit avec elle pour se conformer aux artifices de la civilisation.

Le choix d’un partenaire pour l’accouplement est d’abord basé sur l’attrait visuel. Pas sur l’odeur, le rythme, la peau. C’est une erreur de croire que l’œil peut caresser une femme. Une femme est-elle faite de lumière ou de chair ? Son image n’a jamais de réalité pour l’œil, elle s’inscrit aux bouts de vos doigts.

Dans l’Ars Magna, la Grande Oeuvre, l’Alchimiste crée le monde dans sa cornue.

Les yeux sont les organes génitaux de la perception, et eux aussi ont établi une tyrannie. Ils ont usurpé l’autorité des autres sens. Le corps devient une mince tige maladroite pour supporter l’œil dans ses rondes.

De quel droit les yeux devraient-ils être qualifiés de  » fenêtres de l’âme » et de clé de la communion humaine la plus profonde, et le toucher réduit à un vague contact charnel.

Le corps n’est pas la maison, il est l’intérieur de la maison.

Les aveugles copulent, des yeux dans leur peau.

L’oeil est de la « lumière au repos ».

(Est-ce nous qui créons la lumière dans l’œil ? La lumière est-elle nôtre, ou nous vient-elle du monde ?)

Dans la mythologie égyptienne, l’œil est le symbole d’Osiris, d’Isis, d’Horus, et du dieu soleil Râ.

Ptah (3) enfanta les hommes par sa bouche, les dieux par ses yeux.

Temple-cité de Brak (3000 av. J.-C.). Découverte de milliers de petits visages humains plats en albâtre noir et blanc, dépourvus de nez, de bouches, d’oreilles, mais aux yeux gravés et minutieusement peints. Appelé le Temple de 1’Oeil : pour abriter ces offrandes à une divinité.

OEdipe. « Réalité » de ses seins dénudés. Son corps. « Tu as porté ton regard sur ce que tu n’aurais jamais dû voir. » Yeux arrachés avec une broche de la robe de la défunte Jocaste.

Punissez les yeux. Seins ridés d’une vieille femme. Il est conduit de village en village par un jeune garçon. Et partout ils attendent ses paroles.
Tirésias, dont on dit que pendant sept ans il se fit passer pour une femme, découvrit par hasard Athéné qui se baignait dans la forêt. Elle rendit aveugles les yeux importuns.

Saül de Tarse sur la Route de Damas. La cécité l’éleva jusqu’à saint Paul.
Pourquoi la cécité est-elle signe de sainteté ?

L’alchimie offre à l’homme une forme originale d’héroïsme. Le Mani (4) enseignait que l’homme est un aide créé par le Dieu Suprême de la Lumière pour contribuer par sa vie et par ses efforts au rassemblement des atomes de lumière diffus, et de ce fait affaiblis, et pour les élever de nouveau. Car la lumière a brillé dans les ténèbres et s’est gaspillée, et elle est en grand danger d’être entièrement absorbée.

Le procédé de transformation des métaux de base en or est appelé « projection ».

Dans la pénombre, la forme est sacrifiée à la lumière. En pleine lumière, la lumière est sacrifiée à la forme.

Code de la lumière. L’œil est malade. Arrachez-le. Le docteur supprime l’œil pour sauver le corps. Pour ce faire, il doit sectionner le nerf optique qui relie l’œil au cerveau. Avant la pratique de l’anesthésie, on a souvent rapporté que l’incision du scalpel induisait de la lumière au lieu de la douleur.

Progressivement, les objets se définissent à l’extérieur du corps.

L’œil est issu de la lumière, pour la lumière. Des organes et des surfaces indistinctes évoluent vers leur forme unique. Le poisson est façonné par l’eau, l’oiseau par l’air, le ver par la terre. L’œil est une créature du feu.

 

 

 

Les notes appartiennent au texte original, à l’exception de la (3), que je rajoute.

(1) Wilhelm Kuhne, physiologiste allemand du XIX’ siècle, qui fit d’importantes découvertes dans le domaine de la chimie de la digestion et dans celui de la physiologie des muscles et des nerfs.

(2) Enkidu, héros légendaire qui apparaît comme le compagnon d’un personnage nommé Gilgamesh, dans l’épopée littéraire de Gilgamesh, écrite vers 2000 av. J.-C. à Sumer, région qui correspond à l’Irak contemporain.

(3) Ptah est un dieu intéressant, cf. in HISTOIRE DU JEUNE HOMME, chapitre IV .

(4) Mani, fondateur au troisième siècle en Iran de la religion manichéenne, interprétation dualiste du monde, qu’elle divise entre bien et mal. Il prêchait l’ascétisme et répandit sa nouvelle foi à travers la Perse entière.