Au nom de leur loi française

De vastes bandes organisées de connards et de connasses – on les appelle « parlementaires » et « politiciens élus » mais aussi « simples citoyens », en français courant, mais moi, bismillah, alhamdoulillah, je ne parle plus cette langue de gros bougnoules de l’esprit – passent du temps en journée, et parfois même la nuit vers 2h au moment où nous on tombe de sommeil après une journée de rêve, à rédiger, amender et proclamer des lois contre nous et notre amour envers une fleur qui rend joyeux et son pollen enivrant.

Ouais, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, toussa toussa, salut nazi, rillettes de couille et guerre à mort.

Au moment où mon pote vient de passer, et de m’amener 100 boules de pollen à bon prix, au moment donc où je me sens bien parti en ULM mental vers le pays des rêves où tout est plus beau, plus drôle et plus vert, il me vient quelques idées pour réprimer la répression qui s’abat sur nous comme la misère sur le dos du peuple prolétaire.

Ces enfoirés nous enfument comme des renards – pour nos usages on prend zonzon, avec exposition aux criminels de notre genre soi-disant : des frappeurs, des violeurs, des voleurs, toute notre canaille de simples usagers du cannabis, juste bons à partager 8m² à 3 mecs sur des matelas au sol, au nom de la loi, à la fois dans l’ombre et en pleine lumière puisque les grands médias font leur reportage là-dessus tous les ans, notamment chaque fois qu’on apprend à nouveau que la France vient de se manger

  • une énième réprimande sévère de la Cour Européenne des Droits de l’Homme,
  • un énième bruyant claquage de porte d’une Directrice de l’Administration Pénitentiaire (Administration belle comme une pute à crack après 200 ans de conso, je le sais, j’ai brièvement bossé pour elle avant de la gifler),
  • ou un énième dossier choc en tant que « clocharde de l’Europe » dans les grands journaux comme mon chouchou Le Monde (je suis sérieux, j’adore ce journal, qui a ses imperfections, mais reste une source superbe surtout en mode abonné, qui fait reluire tout le croustillant d’une société abjecte).

Donc enfumons ces enfoirés nous aussi,

  • punissons-les des punitions qu’ils nous infligent
  • dénonçons leurs dénonciations
  • arrêtons leurs arrestations
  • interrogeons leurs interrogatoires
  • légiférons contre leurs lois
  • enfermons leurs enfermements
  • et si besoin, tuons leurs tueurs la légitime-défense c’est légal donc ta gueule.

 

(Un peu de musique en intro !)

Bloquer Facebook

Faut que je vous raconte :

la semaine dernière, Facebook m’a bloqué mon compte 3 jours, je ne pouvais plus rien faire alors que je gère dans les 50 groupes et communique énormément et publiquement par ce média que je déteste à moitié en le pratiquant passionnément (je souhaiterais qu’on passe à une version PUBLIQUE / OPEN-SOURCE et européenne, d’ailleurs, pour pas confier la science de notre code à des gens hors de notre communauté la plus proche, donc la plus sûre).

La raison du blocage ?

Un post public sur mon profil, post qui s’appelait « CHERCHE DEALER HONNÊTE« .

Je ne peux pas vous le citer, vu que les sbires de Mark l’ont supprimé.

Mais en gros, j’y racontais comment mes deux dealers locaux m’ont arnaqué, donc j’ai rompu avec eux et j’en cherchais un nouveau, qui fasse le shit à 5 et pas à 13, bordel !!!

Bref, juste pour ça, j’ai subi 3 jours de blocage.

Or d’ordinaire je suis sur Facebook du matin au soir, j’y élabore souvent des projets de toutes sortes. Donc là pour un simple écrit qui parlait d’acheter du cannabis, ils m’ont privé de mes groupes, de mes relations sociales. C’est comme la prison, un peu.

D’après eux, je n’aurais pas respecté les « Standards de la Communauté« . J’ai voulu en vain protester en leur rappelant que 5 millions de citoyens fumaient en France, et que dans l’État de l’entreprise américaine Facebook, la Californie, non seulement on avait légalisé le cannabis, mais certaines villes comme je crois San Francisco, avaient même dédommagé les gens condamnés pour cannabis depuis les années 70, estimant qu’ils n’auraient JAMAIS DÛ ÊTRE CONDAMNÉS. Mais même ça c’était bloqué, j’ai jamais pu envoyer ma contestation, pas de bol, donc de mardi j’ai dû attendre vendredi pour revenir gueuler mes idées, comme ma Constitution nationale m’en donne le droit, bordel de merde, saleté de yankee.

En fait, Facebook se comporte en collabo totale de l’Etat français nazifié à mort, qui continue imperturbablement sa WAR ON DRUGS malgré son échec permanent.

Rappelons que ce sordide pays des droits du flic est le plus usager de cannabis d’Europe, ET en même temps le plus répressif, et que sa bêtise institutionnelle, décidée par soi-disant les plus hautes élites des grandes écoles du système éducatif français, ceux qui font l’ENA, conduisait entre autres à plonger massivement dans le crime, bien opportunément, une jeunesse d’origine africaine, de pays autrefois départements français, protectorats français, colonies françaises, terres de massacre et d’esclavage et de viol de masse français, une jeunesse faite de mineurs instrumentalisés par des adultes en conséquence directe de la criminalisation du commerce d’une simple plante.

Puisque donc Facebook se fait l’alliée de la politique anti-drogues des nazis français, traitons Facebook en ennemie et bloquons-la :

Faites passer ce mot d’ordre, adaptez-le,

mettez-le partout sur Facebook, sur Twitter, sur Youtube, sur Instagram, sur WordPress, sur Discord,

partout sur Internet :

GRANDE JOURNÉE DU COMMERCE DU CANNABIS 🙂

LE 1ER OCTOBRE 2018

DE 00:00 à 23:59

PARTOUT DANS LE MONDE

ACHAT ET VENTE SONT LÉGALISES !

PROFITEZ-EN !!! 🙂

Ce jour-là, postez vos offres et demandes de cannabis notamment dans les groupes de vente. On verra si Facebook aime le commerce libre ou pas.

Imaginez :

comment ils font pour bloquer 5 millions de comptes en France pendant 3 jours, ces censeurs, sans se tirer une balle dans le pied niveau fric ?

Et si nos amis nous soutiennent, comment ils font pour bloquer 20 millions de comptes, dites-moi ? Mark, une idée de génie ? Non ? Donc va te faire ramoner le rectum chez les Pompiers de Paris et laisse-nous vivre en paix en France sans ta censure de chiottes.

C’est faisable et ça nous libérera.

C’est simple à faire, ça ne coûte RIEN.

3 jours de blocage ? La belle affaire franchement, j’ai vu des otaries crever de rire pour moins que ça.

DONC FAISONS-LE ! FAITES TOURNER !

Petit intermède musical pour se détendre :

 

Arrêter la police et la justice

On peut faire plus fun.

Comme tu sais, frère, sœur, on est menacé-e-s de tous les côtés par ces clowns en uniforme qui déboulent dans nos corps et nos têtes avec des armes et des instruments de torture mentale en s’intitulant « Gardiens de la Paix » et « Justice« . Deux belles salopes que mes 6 Labradors se sont tapées un soir, ça a donné les cadres, les chefs, les Obersturmführer, Ja klar.

On peut les arrêter de pas mal de manières :

 

1/ Cerner les comicos et tribunaux

Voilà, ces bouffons nous enferment ? Nous aussi, on peut les enfermer.

Fumeurs de France : 5 millions. Dont usagers réguliers : 700 000, et cultivateurs indoor ou outdoor : 200 000.

Flicailles de France : 150 000, additionnant la bleusaille aux violeurs militaires.

Alors, qui fait le poids ?

La Milice, combien de divisions ?

ON EST 33 FOIS PLUS NOMBREUX QU’EUX.

Comment ils feraient, pour nous arrêter ces glandus qui déjà ont besoin de s’y mettre à 5 contre une manifestante de 70 ans ou un couple d’ados énervés – qui ressemblaient vaguement à Abdeslam ?

Cerné par 33 drogués quand t’es flicon, t’as du mal à tazer / gazer / crever les yeux de 33 concitoyen-ne-s d’un coup, et si tu ouvrais les hostilités comme un sale flicon de mort t’aurais 32 d’entre-nous pour t’en coller une bonne derrière l’oreille, penses-y ce soir avant de t’endormir, et demain matin sur ton trône en regardant ton image.

Il faut rester a priori non-violents avec ces oppresseurs, nous sans armes et aussi zen que notre drogue nous le permet, eux aussi cons et fachos qu’à leur habitude et armés jusqu’aux dents en bons terroristes d’Etat, nous juste être là et bloquer leurs entrées-sorties halls d’accueil, sans rien faire de mal, et eux rester scotchés, minoritaires, embarrassés avec tant d’opportunité d’en choper un, mais tout à coup si peu d’envie…

Là où tu trouves ordinairement 10 flics, tu mets 330 fumeurs de cannabis, et tu regardes, et tu rigoles 🙂

D’ordinaire, ces satanés sadiques préfèrent le 5 contre 1 bien courageux.

Si ces tarlouzes machos recrutés au niveau 0 + bac sont encore un peu rationnels malgré leur degré de connerie encore plus élevé que leur taux de vinasse dans le sang, on les verra se tenir tranquilles à notre égard à l’avenir, quoi qu’en dise le bout de papier ridicule de l’Assemblée de 1970 que ma grand-mère nommait « loi » avant que je ne me torche avec.

 

2/ Nous rendre en masse

On peut aussi abuser dans l’autre sens.

Je le redis : on est 5 millions d’usagers du cannabis.

Or, il y a 70 000 places de prison et elles sont saturées à 200%.

Et la soi-disant Justice est saturée en permanence parce qu’on la veut comme ça, parce que pour de la racaille comme nous après tout, quelle justice on mériterait ? ça coûte trop cher de payer ces bâtards de magistrats à faire du vrai boulot de justice au nom de la République. Vaut mieux filer du fric à des tanches déguisées en gens honnêtes grâce à une robe noire. On enfourne les camés en masse dans des geôles comme des corps dans des fosses en Pologne, et on est tranquilles, débarrassés du vice intolérable – car nous, les FDP de juges L’Oréal, on est des gens bien, ce qui explique qu’on reçoive allez, 5 ou 6 000€ de votre argent par mois, parce qu’on le vaut bien.

Bref mes amis, il y a une solution simple pour en finir définitivement en France avec la délinquance des drogués, et cette solution c’est tout simplement de nous rendre à l’évidence. Le cannabis c’est mal, or nous on l’aime, donc on est des délinquants, donc on doit se rendre aux commissariats et aux tribunaux, pour que la société nous éradique un bon coup !! C’est la Solution Finale du problème drogué en France. Après ça, tout ira bien !

Donc allons-y !

Vous faites ça quand vous voulez, là encore l’essentiel est d’être nombreux et synchro, car c’est notre énorme avantage, comme les Français contre les Allemands envahisseurs… On les submerge !

Donc voilà, tel jour, telle ville, on se rend en masse. Le Palais d’Injustice se retrouve bloqué. La police intervient mais on se rend à elle avec passion : embarquez-nous, on a commis trop de délits, on veut en commettre encore plein, il FAUT qu’ils nous arrêtent, là, un par un, on témoigne de notre vice publiquement, aucun souci, en plein Tribunal on confesse nos crimes à ces trous du cul.

Et voilà. Les petites villes, y’a quoi ? 10 flics 50 flics ? Et nous, on est 300 ou 1500 drogués ? Ils vont bien bosser ce jour-là, le giro et le volant vont bien tourner, pas comme nos joints… On sera nombreux partout, dans les bureaux, les geôles, les audiences immédiates, le sas d’entrée des camps de concentration légaux où on te séquestre en toute bonne conscience, alors que la séquestration est un crime puni de 20 ans de taule, sauf quand c’est ton ami l’État qui te le fait, gros bâtard.

 

Légiférer, écrire contre leurs lois

Je lance un concours d’écriture :

Ces législateurs, ces flics de PV, ces greffiers, ont passé du temps à écrire contre nous ?

Super, passons plus de temps à écrire contre eux.

ça, c’est tout simple :

Déchaînez-vous.

Parlez de cannabis partout, pour le plaisir d’en parler partout, librement bordel, comme garanti par les DROITS DE L’HOMME.

Donc je le redis déchaînez-vous.

A partir de MAINTENANT c’est NO LIMIT pour en parler autour de toi.

Tu fumes.

Tu en as marre de la répression.

Tu détestes cette loi.

Écris-le partout.

Dis-le partout.

Écris-le sur les murs, dis-le à la radio.

Écris-le sur ton mur, dis-le à ton patron.

Écris-le à ton député qui n’en a rien à foutre que tu prennes de la taule pour une barrette ou un pochon. Rappelle-lui que tu existes, pour qu’un jour il t’envoie une carte postale en prison, quand tu y seras parce qu’il n’aurait rien fait ! Il se bourre aux Grands Crûs aux restaus de l’Assemblée lui tu parles, à nos frais tranquillou, il s’en fout bien.

Écris-le à ces bâtards des Ministères, au Grand Couillon et à Jupiter, le gars ni-de-gauche qui tourne en orbite autour de lui-même.

Fais en sorte que leur putain de loi, on en parle vraiment, car elle le mérite, cette connasse.

Pis ptet un jour l’idée originale de la réécrire ou de l’abolir leur viendra, qui sait ? Surtout si c’est taggué sur leurs murs à eux, tu vois ?

 

Bref, voilà voilà 🙂

Fumez, vous aussi !

Délirez, vous aussi !

Agissez, vous aussi !

Imaginez, vous aussi !

Communiquez, vous aussi !

Et on en finira à tout jamais avec l’âge obscur de la prohibition d’une fleur par le nazisme français : 1970-2018, RIP.