ÉLIMINATION SÉLECTIVE DES FEMMES EN RÉGIME DE COMPÉTITION NON-MIXTE

 

Je pense au cas des échecs.

Les échecs, le jeu des Rois.

Un jeu de guerre miniature inventé pour la formation d’un prince indien.

De tradition, masculin il est resté.

Il s’est ouvert aux femmes, mais… comme l’école d’ancien temps : il sépare hommes et femmes.

Vous connaissez la théorie de l’évolution ? Bien.

Si vous mettez une population A formée depuis des siècles à l’excellence échiquéenne, et que vous réservez un championnat aux meilleurs de A.

Et si vous donnez à la population B juste un jeu avec 0 savoir, 0 expérience, 0 prof, 0 grand maître, 0 champion, et que vous lui réservez un championnat.

Que se passera-t-il ?

Les hommes, jouissant de leurs privilèges ordinaires, continueront de planer à 2800+ ELO tandis que les femmes sont à 2500.

Forcément, ils ont refusé de jouer avec elles !

Or ces dernières décennies, on a vu des joueuses fricoter avec le top 10 masculin, notamment Judith Polgar et une chinoise, ptet Pou Yi ou machin Li, je sais plus, mais très douées, capables de rivaliser même avec Carlsen (le champion du monde, un génie, il a fait match nul contre Kasparov à 12 ans).

Revendication : ne faire que des tournois mixtes. Plein de femmes sont capables de battre les hommes, même aux échecs, au judo, au tir, en maths, etc etc. Faut juste leur offrir LES MEMES CONDITIONS DE PRESSION SELECTIVE qu’aux mâles, et on verra très vite toute différence de compétence s’estomper, et ça fera du bien : des échanges homme/femme plus équilibrés, plus intéressants, des femmes mieux capables de se défendre, des hommes moins tentés d’abuser.