En décembre, la énième condamnation de Dieudonné pour une blague sur les juifs m’a amené à écrire un article de solidarité à l’égard du condamné.

Je lis aujourd’hui (8 janvier 2013) dans Le Monde version web que Nicolas Bedos, l’humoriste fils de son père, est également sous le coup d’un procès en « incitation à la haine raciale » que lui fait une association antillaise.

J’ai aussi vu il y a quelques jours qu’un groupe d’associations dont le MRAP, SOS Racisme et d’autres, étaient en train d’attaquer je ne sais plus qui, un autre artiste que j’aime bien ?

ça commence à bien faire.

Moi, j’ai dit clairement mon anti-racisme et je méprise tout racisme du fond du cœur. J’ai eu plusieurs petites amies juives israéliennes (rencontrées à Berlin : Marie, et Moran), plusieurs petites amies noires américaines (Asoka et Isabell), une petite amie française d’origine algérienne, etc. Au moins par mes goûts amoureux, je fais preuve d’une absence manifeste de racisme : j’aime la beauté et l’intelligence qu’elles qu’en soient la provenance. J’ai aussi appris l’arabe pour m’opposer au racisme de ma famille et de mon milieu d’origine (ma mère traitait mon pote Omar Bachir, avec qui je jouais au tennis presque tous les jours, de « bougnoule », ce qui m’a amené à détester ma mère).

Mais franchement c’est intolérable et ça devient puant qu’à chaque blague, chaque libre expression, y compris avec des blagues à consonance raciste ou antisémite mises dans la bouche de personnages, les anti-racistes bien-pensants viennent faire des procès aux humoristes et aux artistes. Qu’on attaque des gens comme JF Copé avec son pain au chocolat (il vient de faire un deal avec une asso qui voulait l’attaquer) ou JM Le Pen avec son « détail de l’histoire », passe encore, même si je préférerais tout simplement que tous ceux qui méprisent Copé et Le Pen puissent tout simplement avoir le droit de le dire en public, en privé, en noir et blanc ou en couleur : les racistes se retrouveraient couverts de merde par les anti-racistes à chacun de leurs propos délirants et cela puerait tellement autour d’eux qu’ils en perdraient énormément en crédibilité, ce qui suffirait à les punir et les faire taire, sans abuser de ces procédures judiciaires en rafales qui sont la honte de la militance anti-raciste, à mon avis.

L’article du Monde cite Nicolas Bedos : « il est temps une bonne fois pour toutes que l’on fasse le procès de ces associations qui n’ont rien d’autre à foutre que d’emmerder des comiques, des rigoleurs, des amuseurs et des Molière de supérette ». Je signe sa phrase des deux mains.

Les vrais et les faux de l’anti-racisme

Honte à toi, association anti-raciste antillaise !

Honte à toi, MRAP !

Honte à toi, Association des juifs de France !

Honte à toi, SOS racisme !

Honte à vous tous, terroristes intellectuels, ennemis des humoristes, des farceurs, des créateurs !

Et enfin honte à toi une fois de plus, justice française, qui reçois les requêtes illégitimes de ces gens de mauvaise foi !

Franchement, je ne suis pas loin de penser que ces lois d’interdiction des propos racistes mériteraient d’être abolies – sans abolir par contre les punitions de toutes les formes de discrimination raciales (autre news: un employé français noir vient d’obtenir une forte somme en réparation de faits de discrimination raciale à la banque Natixis : cool ! je suis content pour lui car son employeur l’a empêché de monter en grade alors qu’apparemment il le méritait.) Mais bon, avec ces 20% d’électeurs qui votent FN,  je préfère qu’ils restent condamnables.  Alors ? Alors, c’est aux associations d’apprendre à arrêter d’ouvrir leur gueule à chaque fois que ça n’est pas nécessaire. Je pense qu’elles devraient plutôt être condamnées à verser des dommages et intérêts aux artistes reconnus qu’elles attaquent bêtement. Elles devraient être sanctionnées pour abus de recours à l’institution judiciaire – un délit qu’on devrait créer !

Par ailleurs un petit conseil, vous qui manquez tellement de talent et d’imagination et d’intelligence : un militant qui gagne ses combats sans rien lâcher sur l’honneur, la dignité, les valeurs, un militant qui ne va pas pleurer dans les jupes de l’État à chaque illusion de blague raciste, c’est GREENPEACE, dont les méthodes d’activisme reposent à ma connaissance très rarement sur le recours à la loi. Greenpeace que je respecte et admire beaucoup contribue à changer notre monde et à punir les gens maléfiques avec des moyens autrement artistiques et vainqueurs que tous vos procès à la con, bande de lâches médiocres, militants de vos petits nombrils sournois ! Alors arrêtez vos combats d’arrière-garde et faites un anti-racisme inventif, et de préférence : positif (plaider pour la diversité, faire l’amour avec tous les peuples du monde) plutôt que négatif (passer son temps à faire chier autrui!)

D’autres exemples d’anti-racisme militant et autrement influent que vos ignobles attaques par l’intermédiaire des gens en robe noire, ce sont par exemple :

– Canal + qui a largement contribué à populariser des artistes comiques d’origine noire ou arabe, Jamel Debbouze, Omar Cy et beaucoup d’autres. Partis de rien, ils sont devenus parmi les meilleurs dans leur genre. ça vaut tous les procès du monde et cela prouve que l’apport des descendants d’immigrés à la culture française actuelle est tout simplement supérieure à ce que font les « français de souche » (dont je suis : un vrai pouilleux à la peau farineuse).

– Booba ou Sexion d’Assaut, qui vendent des millions de disques, parce que eux ils ont du talent. Par leurs paroles géniales, ils contribuent activement à changer l’état de l’idéologie en France et à défendre l’honneur des victimes du racisme.

Vous, associations anti-racistes, vous ne faites preuve d’aucun talent. Quand on est cons, on la ferme et on apprend. Donc fermez-là et revenez quand vous avez autre chose à raconter qu’une paraphrase de ce qu’a dit un législateur blanc toujours un peu fascisant sur les bords (y’a qu’à regarder les voyous qui siègent au Conseil Constitutionnel, pour voir si oui ou non on peut avoir confiance en la justice française. La réponse est non, vous frappez à la mauvaise porte.).