Oeuvre à faire le jour de notre anniversaire

Matériaux :

  • Bouteilles de rosé (j’ai vu qu’elle en avait plein sous sa table de cuisine)
  • Peintes de l’intérieur, par introjection de peinture rose avec effet “splash” (on verse ¼ de rose, on secoue une fois, et on vide dans la bouteille suivante jusqu’à épuisement de la peinture)
  • Déco de petits coeurs rouges bon marché à acheter, aux frais de ma mère, au bazar en face de l’Intermarché où elle achète ses bouteilles et où j’allais faire ses courses d’handicapée qui n’aime rien, – et à coller par elle-même et par moi si elle me suggère de l’y aider, sinon je la laisse faire, c’est elle qui ma mis sur la voie de la peinture décorative magnifique à 2 balles, donc je la laisse gérer comme elle gère son alcool grâce à la belle technique de consommation raisonnée.

Ce sera ma seule oeuvre signée, tout le reste sera signé “La beauté et moi on vit ensemble”, mais cette oeuvre-ci sera signée : Chantal et Ludovic Bablon. Il faut remettre les choses dans l’ordre de la nature, et comme disait Balavoine, il faut sauver l’amour pour les terriens en détresse !

J’en profite pour remercier à nouveau les Auxiliaires de Vie Sociale de l’ADAPAH, qui s’occupent d’elle au quotidien. Ces femmes – car ce sont toutes des femmes, précaires, exploitées, courageuses, et pas toujours faites pour ce métier horrible – sont les éboueurs de la souffrance sociale généralisée du capitalisme agonisant, sans leur dévotion généreuse notre société puante aurait la même odeur louche qu’à Sobibor et Treblinka, entre mille autres camps dont les 150 camps franco-français. Grâce à elles, ça sent le coquelicot et le sapin. Merci à vous mesdames <3

A toi, maman, tu aurais dû faire une thérapie à 18 ans, je regrette profondément que rien ni personne ne t’y aie incité, ni ta garce de mère, ni ton père lâchement soumis à sa femme par amour, ni tes violeurs dont mon salaud de père, ni ton agresseur de collègue alcoolique, ni tes FDP de médecins, ni les enfoirés de psychiatres, ni les bâtards de chirurgiens-bouchers, ni ces escrocs de cadres hospitaliers, ni ton premier fils, ni ta fille, ni ta nièce, ni personne à part ta sœur morte, ni même Jésus et Allah partis mater du porno pour l’éternité (notre viol permanent les fait jouir).

Heureusement qu’on reste là pour toi, tes AVS, tes infirmières, et moi. Tu n’as jamais aimé la vie car la vie ne t’a jamais aimé. Je ne t’aime pas non plus car idem, mais on doit aimer sa mère donc je t’aime, je t’écris cela en pleurant avant de retourner peindre comme le dernier des crevards, heureusement que j’écris au clavier du club d’échecs et pas avec mes larmes sinon on ne pourrait même pas me lire.

Contrairement à ce que chante l’angélique défunt Daniel, je ne veux pas mourir malheureux.

PS : depuis ce texte écrit le 29 avril, voici ce que ma mère a fait. Début mai, je suis passé chez elle. Une de ses AVS, que je connais, une des meilleures, m’a demandé de l’aide dès mon arrivée, disant : »Vous pourriez m’aider ? Votre mère refuse que je change ses draps pourtant très sales, et en plus elle vient de me traiter de SALE ARABE ». Houlà… j’ai vu rouge, mais j’ai bien géré :

  • 1/ J’ai d’abord présenté mes excuses au nom de ma mère pour cette injure raciste odieuse, comme ma mère et d’autres bougnoules blancs de ma famille en ont le secret.
  • 2/ Je lui ai ensuite demandé si elle était d’origine ou de culture arabe. Cette AVS est ethniquement berbère, un peuple d’Afrique du Nord colonisé par les arabes, aussi appelé amazigh. Elle a grandi à Toulouse. Sa langue est le français, elle parle aussi l’arabe et le berbère. Un berbère célèbre est le général Al-Tarik qui fit la conquête de l’Espagne en brûlant ses bateaux dès son débarquement, disant à son armée « soit vous faites la conquête de ce pays, soit vous mourrez ici, mais personne ne retournera en arrière » : cette stratégie gagnante lui valut qu’on donne son nom au détroit de Gibraltar, de l’arabe « djébel Al-Tarik », le mont d’Al-Tarik. Cultivez-vous, l’histoire des peuples est passionnante et le peuple berbère est magnifique, ils/elles ont souvent de superbes yeux bleus ou verts, leur peau est claire, les Arabes ethniques viennent d’Arabie et leur peau est souvent foncée (beaucoup sont magnifiques aussi).
  • 3/ J’ai ensuite raconté à cette AVS ce qu’a subi ma mère dans sa vie de souffrances : maltraitances de sa mère, qui l’enfermait dans un placard à 3 ans, ou la traitait de moche, ou l’a chassée de sa maison à 18 ans quand elle s’est retrouvée enceinte de mon grand frère, la traitant de pute et de salope, attouchements sexuels subis de ses 10 à 13 ans, tromperies et vols par mon père, dépression, alcoolisme et violences conjugales avec mon beau-père, lourde erreur médicale à l’hopital de Chaumont, etc. Cela ne justifie pas ses injures racistes, mais cela les explique. L’AVS a été rassurée d’entendre cela, elle a mieux compris l’horrible méchanceté de ma mère, réaction traumatique.
  • 4/ J’ai expliqué à ma mère qu’il était inadmissible et interdit qu’elle traite ainsi une dame qui se dévoue pour elle, qui nettoie sa merde, change ses couches, lui donne à manger. Que cette dame en position d’être sa mère était bien différente de sa vraie mère. Qu’elle n’était ni sale, ni arabe. Ma mère a moyennement intégré ces informations.
  • 5/ L’AVS a pu travailler sans être agressée, et m’a remercié en partant. Elle travaille très bien, je la remercie.
  • 6/ Le jour de mon anniversaire, j’étais d’humeur très sombre car la justice de Dijon m’a dit qu’elle garderait mes ordinateurs, donc toute mon oeuvre artistique. Je n’ai pas mis de musique, j’ai mangé des nems, des samosas, du saumon, ma mère n’a voulu que du rosé, je lui ai ouvert trois bouteilles d’avance, elle n’a bu que deux verres.
Néanmoins, elle est plus calme et plus aimante avec moi depuis ce cadeau. Elle m’a parlé avec gentillesse et tendresse, c’est très rare de sa part.
Morale de cette histoire : offrez de l’amour, vous en recevrez.