Je continue à faire mon avocat ! A constater leurs défaillances l’une après l’autre, un politicien tombe, une psychiatre tombe, au secours, le monde maya s’effondre !

Alors sur le thème de l’insulte, de l’injure, il faut savoir que la loi française écrit des textes contre le fait de dire des mots et qu’elle punit ça par des amendes et de la prison aux Baumettes !

Je lis sur Wikipédia :

  • En France, selon l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse1, « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure. » C’est ce dernier point, l’absence d’imputation de fait précis qui fait la différence, parfois difficile à apprécier, entre l’injure et la diffamation.

et aussi :

  • Un moteur de recherche suggérant des requêtes de recherche au fur et à mesure de la frappe (pratique très utilisée qui relève du crowdsourcing) a été condamné pour avoir suggéré d’associer le mot « escroc » au nom d’une entreprise, ce qui a constitué selon la Cour d’Appel une injure publique5.

Oui, alors déjà je vais commenter la date de création de cette loi, d’accord ? Juste avant je rappelle que j’ai une licence d’Histoire et que j’étais excellent (18/20) aux partiels d’histoire contemporaine, j’avais tendance à en savoir autant que mes profs, tendance j’ai dit ! 🙂

Alors, la date de création de cette loi contre l’injure : 1881. Déjà, je suis trop prolo d’origine pour remonter à autre chose que mes grands-parents ! Mon grand-père Paul Falot est né en 1926 ! Avant, je ne connais quasi personne ! J’ai cru remarquer que mes grands-parents avaient des côtés un peu fachos, je me sens de le signaler… Alors j’ai peu confiance en les lois écrites encore avant, désolé ! En 1881, les Français sont tous des soldats, des millions vont mourir 40 ans plus tard ! les lois des pays de soldats, très peu pour moi ! cette France de 1881 est très bourgeoise aussi, elle vient de condamner Flaubert et Baudelaire pour immoralité !! Qu’on étudie aujourd’hui au collège ou au lycée ! Cette France de 1881 pratique aussi comme traitement envers ses prisonniers le bagne et la peine de mort ! En 1881 enfin la France est en train de piller tranquillement l’Afrique noire, le Maghreb, l’Asie, elle y tue, elle y tuera encore beaucoup, des centaines de milliers de morts en tout ! Alors moi je ne sais pas comment vous voyez les choses mais les lois faites en 1881 c’est pas mon truc, je crache dessus. Connasse de loi ! 1789, 1968, je connais ! les lois de 1881, je connais pas, c’est illégal !

Je suis avocat freestyle, détective privé anti-crime, et vais défendre une thèse d’écrivain typique : les gars, faudrait ptet pas confondre l’idée et la chose.

Regardez les phrases suivantes :

– Si on retire la gaine en latex qu’il a sur sa peau, on découvre que Nicolas Sarkozy est un iguane.

Est-ce que ça transforme l’ancien président en iguane, sérieusement ? Et est-ce qu’il va passer ses journées à nous lire l’animaliser, n’est-il pas au courant depuis sa jeunesse qu’il prend le risque de ne pas se faire apprécier de tout le monde ?

– Le chat est sur la table.

Est-ce que ça met le chat sur la table ? Est-ce que ça institue magiquement un charmant minou qui n’aurait pas existé avant ?

Je pense être en train d’établir de manière compliquée…. une vérité élémentaire ! La chose n’est pas le mot !

Alors je vais passer au stade supérieur et je vais parler des insultes violentes ! des menaces !

Eh bien :

– Je te bousille, connard ! Crève ! J’assassine tes ancêtres !

Bon, tout cela, on comprend que le locuteur est en rage, ça transmet une émotion violente et agressive, je l’observe avec vous, ça crève les yeux (en réalité, non, j’arrive encore à garder mes yeux intacts malgré cette expression violente). Décrire la mort, ou évoquer une pulsion agressive – euh, d’après la psychanalyse, et la psychologie, et l’expérience de la vie tout simplement, c’est 50% des pulsions, les pulsions violentes, donc faudrait voir non plus à pas trop nous prendre pour des anges désincarnés, on est des singes les amis !! – est puni par cette loi de 1881 (amendée depuis, presque rien) 12000€ et 1 an de prison maximum !

De facto, dire « je te tue », ne te tue pas.

Il est bizarre le langage !! Je ne suis pas pour qu’on réprime l’intention de tuer et l’expression de l’intention de tuer, car c’est un truc que quasiment tout le monde connait et donc, si on le réprime vraiment, ça va faire des millards d’euros en plus à la dette française ça !!

J’ai donc trois objections majeures à cette loi de fils de pute bourgeois :

1/ Comme je viens de le montrer, on peut difficilement punir quelque chose qui n’est pas vrai

Celui qu’on traite de connard n’est pas magiquement transformé en connard. Le fait que l’insulte, l’injure, ou l’outrage, ait été proféré, n’a strictement aucun effet sur le réel, c’est un simple produit de l’esprit humain. Ce n’est pas parce qu’on accuse quelqu’un d’être un criminel, que cette personne est un criminel. Je viens de traiter la loi de 1881 de « loi de fils de pute bourgeois », vous avez remarqué ? Oui, mais je n’empêche personne de faire l’apologie de cette loi !

2/ On ne peut pas faire des lois qui définissent la population comme intrinsèquement délinquante

Oui, parce que regardez. Cette loi, comme toute autre loi, doit en théorie s’appliquer strictement ? On n’a pas vu d’exceptions ou quoi ? Donc, pour chaque « connard » orienté vers quelqu’un, on risque 12 000€ d’amende et un an de prison ?

OK : sondage ! QUI N’A JAMAIS PROFERE UNE INSULTE ? Je suis sûr que 100% d’entre nous ont un jour insulté quelqu’un. Parfois, nous l’avons fait mille fois.

Moi perso, j’aime insulter, les insultes me viennent facilement, j’ai grandi dans un milieu violent. Stylistiquement, j’aime la truculence ! Donc, je suis à l’aise avec les insultes, je ne fais pas de lois contre les insultes ! J’ai insulté, on m’a insulté, je dénonce certains crimes, mais ça pour moi c’est le jeu, si y’avait que ça je vivrais très bien !

3/ On ne peut pas punir le fait d’être humain

Eh oui, punir l’insulte, c’est punir un droit de l’homme : la liberté d’opinion, qui s’accompagne de la liberté de se tromper totalement dans ses injures !! On peut délirer une haine – ça ne tue pas cette personne mais c’est simplement faux ! Le fait de délirer, le fait d’accuser, le fait d’interpréter, de penser au mal, le fait d’être paranoïaque, de critiquer, de voire les choses en noir, d’avoir des sentiments négatifs, tout cela, vous pouvez juger cela affectivement ou moralement, vous pouvez trouver ça beau ou laid, bien ou mal, mais pas légal ou illégal. On peut dire de quelqu’un qui ne fait qu’insulter, que cette personne est malade – il a le Tourette ! Et alors, il faut punir le malade à 12000€ et un un an de prison chacun fois qu’il dit « sale pute ! » ? J’ai ptet une forme non-diagnostiquée de Tourette, je dois payer quand même et faire une croix sur ma virginité anale, enculé dans les douches du pénitencier français, je me rends direct à la case prison en laissant 12000€ ? POUR UNE INJURE, tu nous menaces du cachot, tu te fous de notre gueule, connard d’Etat ?

A noter que, la contravention à 38€ quand il y a menace de mort, pourquoi pas ? 🙂

Maintenant que j’ai prouvé par A+B que cette loi est de la merde illégale, je vais donner mon opinion sur comment gérer la société en régime d’insulte autorisée :

1/ Ce sont les groupes sociaux eux-mêmes qui régulent le niveau de violence verbale autorisée, suivant leurs affinités

Oui, si vous n’aimez pas les gens qui jurent ou qui « parlent » leur agressivité, vous avez toujours le choix de ne pas les fréquenter. Si ce sont vos enfants, vous faites la loi, donc vous pouvez dire que l’insulte est permise, tolérée, ou punie (pas punie inhumainement, mais réprimée). Si vous ne voulez jamais insulter ni injurier ni outrager, personne ne vous y force ! Vous pouvez répandre les compliments et l’amour, je ne crois pas que ça pose problème à quiconque.

Sur un forum, un blog, un site, ben ce sont les administrateurs et les auteurs qui décident. Tel forum est permissif avec certaines limites. Tel forum au contraire est plutôt fait pour les gens violents verbalement – tant qu’ils touchent pas à la réalité, ils ont le droit de délirer. Si des mecs violents verbalement font des délits ou crimes, on les bloque pour leurs délits et crimes – ceux qui sont REELS. Mais une idée de crime n’est PAS un crime.

2/ L’insulte est une culture – qui doit se développer librement

Oui, la loi 1881 l’empêche, mais c’est quand même un fait : le monde de l’injure est très riche. Il est violent, conflictuel bien sûr. Mais dans de nombreuses cultures, on invective, on jure, on maudit, on souhaite la mort ! En occident comme chez des peuples « natifs », dans les cultures religieuses comme laïques.

L’injure n’est pas un acte de violence aussi « gratuit » qu’on le croit. Elle met en scène des valeurs, des attitudes. Elle montre en général le Moi en Héros ou Victime, et autrui en Agresseur ou Ennemi : connard, salaud, pute, on reproche à l’autre de se compromettre avec tel ou tel vice, bref : on engueule vertement, on fait la morale : tricheur, menteur, être corrompu, idiot, laid, contre-nature, bestial, etc. Cet imaginaire a ses noirceurs, mais c’est tout un pan de l’art et de la pensée humaine, qui ne sauraient être réprimés ! L’insulte est imprégnée de culture et charrie souvent des informations personnelles sur celui qui insulte.

3/ L’esprit est équipé pour se protéger

Oui, on peut se défendre contre la violence symbolique. On peut couper le lier avec quelqu’un qui nous insulte : harcèlement et séquestration sont des délits, ça doit rester clair !! Certaines personnes qui ont une vie publique ont l’habitude d’être mises en cause, on développe une forme d’immunité. Dans mon milieu, l’insulte était quotidienne, je ne dis pas que c’est beau, mais je ne trouve pas cela grave et cela ne m’a pas marqué. On se lance des piques, on se hait franchement parfois, mais personne ne saurait en mourir. Untel est un connard, c’est tout, j’ai rien fait de mal à ce connard, je lui parle plus et je dis que c’est un connard. 12000€ !!

4/ Techniquement sur Internet et ailleurs il est facile de différencier les zones de droit/non-droit à l’insulte

Oui, vous voyez dans Google la petite icône verte, jaune ou rouge pour détecter la fiabilité des sites ?

Les sites ou les pages peuvent très bien, et d’elles-même autant que par leurs utilisateurs, posséder une caractéristique de « niveau de violence verbale ». L’insulte peut être permise ou acceptée suivant l’espace où elle est dite.

On doit pouvoir insulter et calomnier les entreprises !! Par contre, les entreprises de services peuvent très bien faire signer à leurs utilisateurs un contrat moral : si lors d’une procédure ensemble tu insultes un employé, nous sommes délivrés de l’obligation de te fournir le service, tant pis si tu as payé et contracté un abonnement, on t’avait prévenu : pas de violence verbale, si tu veux il y a une hotline où tu n’insultes pas chacun systématiquement, ça c’est d’accord, et dans les administrations et à l’Assemblée aussi.

Je rappelle que la représentation pornographique est parfaitement légale, je suis pour mais je remarque ceci : il est possible, sur des milliers de sites, de voir des milliers de femmes se faire enculer par des milliers de mecs. Si je disais « va te faire enculer » ou « enculé », ça coûterait 12000€, alors que la réalisation visuelle complète de l’acte serait autorisée ? Si le fait de se faire enculer n’est pas illégal, si on peut enculer et se faire enculer en ligne légalement sur un site de vidéo, alors pourquoi l’idée imaginaire qu’une personne soit enculée devrait-il coûter autant ? Bref. Les utilisateurs et les sites détermineraient leur niveau d’ « explicit lyrics ». Certains forums destinés au défoulement violent seraient astreints à des messages très clairs sur leurs intentions pour ne pas choquer le lecteur involontairement. Le porno est violent et l’insulte est violente aussi et les 2 doivent être et rester légaux.

Donc, de quel droit prétend-on interdire et punir si lourdement simplement pour des mots, qui ont un sens, qui témoignent de valeurs et de goûts qui ne sont pas punissables, alors qu’aucun mal réel n’est fait ?

J’affirme aussi pour conclure qu’on pourrait simplement faire un sondage : si quelqu’un vous traite publiquement de connard ou de connasse, vous allez exiger que cette personne, même un pauvre par exemple, paye 12 000€ et/ou aille en prison un an ? Je ne pense pas que beaucoup de « victimes d’insultes » aient la cruauté de faire et de vouloir ça. La loi du talion dirait juste qu’au maximum une insulte vaut une autre insulte : « Qu’est-ce que t’as dis ? Je t’emmerde blaireau, j’te pisse à la raie ! » Et l’engueulade est finie, basta, putain de bordel de merde !

Et je terminerai là-dessus : moi, une société qui depuis 1881 n’a pas eu la présence d’esprit d’annuler une de ses lois les plus stupides, j’appelle pas ça une démocratie, j’appelle ça une connardocratie, une grosconnardocratie même, remplie de pourritude politicarde !!