La pute de justice n’a pas rendu la justice.

Elle a donné à la gendarmerie le droit de tous nous tuer dans les bois, en tout bien tout honneur.

Les juges nazis ont abdiqué devant l’idée même de justice, il font donc les juger comme à Nuremberg.

Les gendarmes ont tué, ils ont tiré, causé la mort, puis refusé d’assumer la responsabilité de leurs actes.

Les faux magistrats les ont laissé filer, se rendant donc à leur tour responsables de complicité d’assassinat.

L’assassinat, ce n’est pas le meurtre, qui est le fait de causer la mort impulsivement.

L’assassinat est le fait de causer la mort avec préméditation, par exemple d’employer des armes en sachant qu’elles peuvent tuer.

C’est ce que les gendarmes ont fait.

Avant l’assassinat de Rémi Fraisse, le gouvernement et le Parlement, ces terroristes, ces gangsters en bande organisée, ont armé les gendarmes avec des armes de mort, prenant donc le risque de tuer.

Il faut donc tous les juger :

  • les gendarmes assassins
  • les gendarmes assassins en puissance
  • les juges complices d’assassinat
  • les politicards commanditaires d’assassinat
  • la « personne morale » (LOL, blaireau) de l’Etat, en tant qu’assassin multi-récidiviste, menace permanente contre la sécurité de la société

Autre solution : suicidez-vous, criminels, pour nous échapper et commettre ainsi votre dernière lâcheté sur Terre.

Pas de justice, pas de paix.