Lecteur attention je te fais signer un contrat moral, le message est clair, compréhensible, je suis sur mon site, je peux y passer un contrat moral de droit privé sous la seule condition du consentement mutuel on est bien d’accord ?

Bon, je viens d’écrire une séries d’articles où je me suis senti de défendre des idées qui me tiennent à coeur et que je veux dire à la face de cette société qui me navre.

Je suis d’abord auteur littéraire et tu ne peux pas t’empêcher de le savoir car je te notifie dans cette phrase clairement que je suis bien en train de te le dire, c’est limpide comme ton style à toi collègue auteur juridique.

Donc moi j’écris sur mon site les nouvelles lois paranormales de l’univers enchanté des droits de l’homme où le droit à l’expression n’est pas marchandable à aucune condition.

La violence physique, le harcèlement psychologique en milieu contraint, c’est clairement répréhensible, mais des choses comme l’insulte, l’invective, le pamphlet, la caricature, le combat idéologique, même de la part de gens qui ont un imaginaire tordu ou quoi, l’expression des gens ça doit rester libre.

Or moi j’ai des idées radicales, et bordel de merde c’est bien mon droit, je te jure ! droit naturel, droit fondamental même ! donc j’ai le droit sur mon site, TU DOIS ACCEPTER CA, JE TE CONFIE LES CHOSES ENTIÈREMENT MAIS EN STATUT « PRIVE » c’est un accord entre nous, accord moral, j’ai le droit de m’exprimer de toutes manières et si c’est des insultes, des pamphlets et des invectives, ben c’est pas grave.

Ce qui serait interdit ou pas possible ce serait d’aller plaider contre un con en justice. Mais m’interdire le droit de dire par écrit sur mon site que je trouve qu’untel est un con, franchement je trouve ça plutôt très con, pas vous ? un chat, un chat, nan ? un con, un con, nan ? ou bien 6+3= Pi ? Tant que je viens pas faire violence à ceux que j’accuse, même si par exemple je délire et j’accuse n’importe qui en vain, eh bien c’est quoi le problème ? L’écriture des maniaques est proclamée ennemi terroriste intérieur un peu comme dans la célèbre série sarkozyste sur la chasse aux schizos « complètement fous » dans les grandes villes de France entre 2007 et 2011 ? La population, les cibles des attaques symboliques même, elles en souffrent : elles mangent moins ? nan, ça va. Elles dorment moins mal ? A les voir dans les journaux, ça a l’air d’aller encore, si ça se dégrade personne de sensé n’irait évidemment s’acharner sur un mourant, mais quoi, si c’est par exemple un politicien bien célèbre ?

Moi j’ai dit que je veux être libre, que ça soit garanti. Être accusé si je reste libre de penser et dire ce que je veux, eh bien je vois pas trop le problème, j’en ai un peu beaucoup rien à foutre !!!! c’est quoi tes valeurs toi ? Ben moi j’ai les miennes tu vois, donc c’est mon terrain de valeurs morales et tu viens pas le coloniser avec tes valeurs à toi, chacun son espace. Si les autres disent des saloperies sur moi ça me dérange pas, je les lirai pas c’est tout, voilà. Tant qu’ils m’envoient pas directement des lettres parce que là commence le harcèlement !!! Moi je garantis cette liberté de m’insulter et de me diffamer à mes 7 milliards de frères humains (même si certains sont des gros connards), et je réclame en retour le droit de critiquer même VERTEMENT et avec le cas échéant une ironie et une verve bouleversantes chacun de vous si j’ai des opinions un peu misanthropes, c’est une pièce de Molière, j’ai le droit de me la jouer classique un peu dès fois.  Vous pouvez sans problème m’accuser de crimes imaginaires, faire sur moi des romans pamphlétaires sans clés, je vous souhaite plein de plaisir d’écriture, même pleine de haine jubilatoire. Vous pouvez me tuer fantasmatiquement par écrit, sans bien sûr réaliser mon assassinat réel, on voit bien la limite ? ça me semble un contrat valide.

Je risque par plein d’expressions lyriques d’être sanctionné pour insulte, insinuation, diffamation. ça coûte prison et milliers d’euros. Rien que pour des mots et des idées, en 2013 ! Ouah, ça m’épate !

Et moi j’en ai marre d’être sous ce régime là ! donc dans ma sphère privée d’après le droit français les mêmes insultes, invectives, pamphlets personnalisés, ne valent plus rien d’autre que 38€ de contravention. Le droit français est bien marrant, à l’heure de Facebook Skype Twitter Google. La distinction intenable Public/Privé ça justifie une différence de punition genre 1190€ amende et 1 an de prison, t’es sûr, juge ?

Moi dans cette société française y’a des choses qui me font carrément gerber, des choses qui m’écœurent. Je regardais 7/7 quand j’étais gamin, toutes les semaines je voyais Anne Sinclair à la télé ! Et pis là moi 3 personnes ont tenté de me violer !!! et je me demande carrément pourquoi son mari de 20 ans DSK vient de payer 6 millions d’euros une fellation racontée à des millions d’exemplaires en plusieurs langues dans la presse mondiale, je pense que sans vouloir trop faire mon parano, ça veut dire que cet ancien ministre socialiste, envoyé par Sarkozy diriger le FMI, et que les sondages prédisaient vainqueur à l’Elysée avec une confortable marge, ce mec était en fait depuis longtemps un acheteur de prostitution et un agresseur sexuel, avec Tristane Banon sans doute car j’ai bien le droit de croire au récit d’une femme blessée, certes elle pourrait être affabulatrice elle aussi comme la bonniche négresse è le seul truc où DSK ne nous a pas profondément déçus je crois c’est qu’il a montré qu’au lit il était ouvert d’esprit et pas raciste comme certains !!!

Regardez comment la DIFFAMATION est définie sur e-juriste, je me suis renseigné pour savoir ce que je risque et je risque le même montant que la plus grosse des deux bourses littéraires que j’ai touchées de l’Etat français, écoutez ça :

  • Pour reconnaître la diffamation publique, il faudra constater l’allégation ou l’imputation d’un fait précis de nature à porter atteinte à l’honneur ou la considération d’une personne devant être déterminée ou au moins identifiable. Ainsi, même dénommé par un pseudonyme, une personne physique peut faire l’objet de propos diffamatoires, dès lors qu’elle est identifiable. A titre d’exemple, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille a obtenu du Tribunal de grande instance de Marseille, le 20 janvier 1998, 300 000 francs de dommages et intérêts pour avoir été mis en cause sous la dénomination de « Trotinette » dans le livre de Jean-Michel Verne et André Rougeot, « L’affaire Yann Piat, des assassins au coeur du pouvoir ». De même, François Léotard, président de l’UDF, mis en cause dans le même ouvrage sous le sobriquet « d’Encornet » obtint du Tribunal correctionnel de Paris un million de francs de dommages et intérêts, bien que les noms des intéressés n’ait pas été cité. Le simple fait qu’ils se soient reconnus l’un et l’autre suffit à les rendre identifiables et aptes à se prévaloir de l’article 29 de la loi sur la presse.

Vous avez vu les sommes en question, en punition pour avoir écrit un livre ? C’est pas possible qu’on puisse en 1998 punir quelqu’un d’un million de francs d’amende, aujourd’hui 150 00€. ça va pas la tête ? Moi quand je vois ça je me dis qu’on a remplacé mon pays, la France issue de la révolution, par un truc à moitié facho où j’ai plus tellement envie de vivre.

Sur le même site e-juriste, je lis sur l’OUTRAGE:

  • Lorsqu’elle est proférée de manière non publique à l’égard d’une personne chargée d’une mission de service public, l’insulte prend le nom d’outrage. Le code pénal punit l’outrage en y incluant « les paroles, gestes ou menaces, les écrits ou images de toute nature non rendus publics ou l’envoi d’objets quelconques adressés à une personne chargée d’une mission de service public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de sa mission, et de nature à porter atteinte à sa dignité ou au respect dû à la fonction dont elle est investie ». De tels faits via un forum Internet, même peu fréquenté, sont considérés comme publics, donc soumis à la loi sur la liberté de la presse. Cependant, l’article 234-24 prévoit que lorsque « l’outrage a lieu à l’audience d’une cour, d’un tribunal ou d’une formation juridictionnelle », la peine encourue est plus sévère.

En ce moment, y’a Sarkozy du Conseil Constitutionnel et Cahuzac ministre du budget qui sont sur la sellette. Depuis que je regarde la vie politique, les affaires sont permanentes. Je vois pas comment faire psychiquement pour ne pas en concevoir un profond dégoût qui me donne la gerbe et me rend méchant de langue, c’est bien mon droit, ils me traumatisent ces hommes politiques ! Ainsi donc on considère que ce que je vais dire est un outrage : Anne Sinclair a été pendant des années l’icône télévisuelle du droit à l’information politique. On apprend qu’elle a sans rien dire vécu 20 ans avec un pervers narcissique, violeur récidiviste. Pas le mec dans le bois avec un couteau, l’homme habituel qui sûr de son charme ne conçoit pas qu’on lui résiste, comme mes trois chers petits violeurs, comme les 3 qui ont violé ma mère. Anne Sinclair écrit ce qu’elle veut dans son Huffington Post. Elle a choisi de divorcer, on l’a su par voie de presse, j’avais pas demandé à le savoir ça. Après ça on dira ce qu’on voudra mais j’ai au moins le droit d’exprimer mes humbles croyances et mon dégoût et mon indignation morale. Je me sens carrément outragé ! le 21 avril 2002 ça m’a fait carrément mal de voir l’assassin Le Pen au second tour ! en 2007 j’ai souffert moralement de la victoire de Sarkozy ! A un moment faut que ça s’arrête, j’ai le droit de me sentir en colère et de le dire aux inconnus sur Internet, c’est mon vice à moi la liberté d’expression, si la meilleure journaliste de France n’a pas su dénicher un délinquant sexuel dans son propre lit, moi je m’accorde le droit de moucher bruyamment mes larmes de déception dans le mouchoir de la dignité de la République, et si y’a un peu de morve avec il me semble que c’est la nature, qu’on massacre, d’ailleurs !

Mon site, vous le voyez, est donc en partie un pamphlet contre ce monde abject !!! et c’est mon droit !!! et pourtant en m’exprimant librement je risque 12000€ d’amende et un an de prison, Dieudonné vient de prendre 20000€ pour une blague qui m’a fait beaucoup rire et même réfléchir, je n’ai pas aimé sa blague avec Faurrisson mais je crois pas qu’une blague puisse avoir un coût, je dirais que l’autorité publique est complètement maboule là, et ça eux ils vont appeler ça un OUTRAGE : ouais, ces nigauds, ils ont une sorte de code Vigipirate « anti criminalité intellectuelle » et ils se sont apparemment senti de créer une brigade spécialisée dans les humoristes. C’est pas assez notoire que Dieudonné essaye de faire des blagues, depuis 20 ans ? Avec plus ou moins de succès, mais il ne force personne à l’écouter, surtout depuis qu’il est interdit de scène.

Moi, j’en ai marre. Il y a certaines des règles qu’on me fait, ça et l’interdiction du cannabis, c’est fini, officiellement je le dis :

J’arrête de subir ces oppressions, je suis libre de parole et je dois le rester, je ne commets ni crimes ni délits, mais j’ai bien le droit de penser à voix haute, et même de me tromper ou de délirer ça ne fait de mal à personne. Je ferai ptet chier des innocents on verra, mais tant que je les frappe pas ni quoi j’ai rien fait de mal.

La poésie satirique doit être au moins aussi légale que le nucléaire je crois, parce que j’ai plus peur du nucléaire que d’une blague ou d’une insulte et le nucléaire il est légal en mon nom !!! Connard d’Etat !